12°5 des raisins et des hommes n.9
Nouv.

12°5 des raisins et des hommes n.9

À propos

Le sort s'acharne sur le monde du vin. Après les épisodes de gel, de grêle, de températures anormalement élevées, voilà qu'un virus vient mettre à mal les finances des vignerons. Malgré la pandémie, ils ont travaillé parce que la vigne a besoin d'eux et en 2020, il y aura des raisins pour les vendanges et un millésime à mettre en bouteilles au printemps prochain. Mais en attendant, il aura fallu que les vignerons fassent une croix sur une grande partie de leur commercialisation. Cavistes plus ou moins ouverts, restaurants et hôtels totalement fermés, exportations impossibles, visites interdites sur les domaines, les vignerons ont subi cette pandémie. Alors certes, ce n'est qu'un décalage de trésorerie car ils n'ont pas perdu leur production. Elle patiente dans les caves. Alors certes, certains ont trouvé des solutions pour livrer en direct aux particuliers histoire de rassurer le banquier. Mais le mal est fait. Souhaitons qu'avec ce numéro 9 de 12°5, le monde du vin retrouve le sourire, du caviste au sommelier en passant par l'amateur éclairé et le vigneron. Il y a dans ces pages de la beauté, du réconfort, des envies, de belles rencontres, de beaux projets et surtout beaucoup d'espoir pour des lendemains qui chantent.

Sommaire

Tour de Vignes en Alsace : quand 10 % des surfaces viticoles sont cultivées en bio en France, elles frôlent les 20 % en Alsace. Et en biodynamie, cette région est loin d'être à la traîne. L'occasion d'aller saluer des pionniers, des petits nouveaux, des domaines prestigieux, des plus discrets qui démontrent que l'Alsace est constamment en mouvement et qu'elle mériterait d'être davantage valorisée chez les cavistes et dans les restaurants. 2 hommes de quilles : le premier se nomme Thierry Germain, du domaine des Roches Neuves non loin de Saumur. Bio-dynamiste certifié et convaincu, il s'inscrit pleinement dans une philosophie du sensible et du ressenti, en pleine osmose avec son terroir, ses vignes et les gens qui l'entourent. Le second, Edouard Adam est un jeune vigneron installé dans l'Hérault. Impétueux assoiffé de simplicité, de bon, de bien, de sens, de vie, il fait des vins qu'on croque et qu'on boit, d'un naturel déroutant, des vins pleins d'énergie, de fougue, et de convictions, des vins joyeux, volubiles, du charisme. 1 domaine d'exception : il nous fallait bien quelques bulles pour les fêtes de fin d'année. Dans le petit village d'Urville dans l'Aube, seuls 4 vignerons indépendants produisent du champagne. Parmi eux, les Drappier dont les caves du XIIe siècle ont été créées par Saint- Bernard, le grand homme de la Champagne, loin devant Dom Pérignon. Depuis de nombreuses années, le virage du bio et de cuvées sans soufre a été opéré et c'est un succès. 1 reportage brutal : c'est en réalisant un reportage sur le safran de Myriam Duteil en Normandie pour 180°C que nous avons découvert dans sa boutique, un vinaigre de cidre au safran. Qui dit vinaigre de cidre, dit cidre et qui dit cidre, dit Calvados. Et, cerise sur le pommier, celui de La Ferme du Manoir du Val dans l'Eure, est bio. Suffisamment rare pour être souligné et relayé dans nos pages.on y catalogue, classe, décrit et conserve les ceps.

Rayons : Vie pratique & Loisirs > Arts de la table / Gastronomie > Vins et boissons > Vins / Champagnes

  • EAN

    9791092254525

  • Disponibilité

    À paraître

  • Nombre de pages

    176 Pages

  • Longueur

    28 cm

  • Largeur

    21 cm

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Revue

Infos supplémentaires : Illustré  

empty