À propos

La Voie est une nécessité première.
C'est-à-dire que tout homme a besoin de trouver un chemin d'homme. Où il ait sa place, ses repères, des compagnons, une orientation, un sens. Affaire de religion ? De philosophie ? De politique ? Ou de psychologie ? Il ne faut peut-être pas se hâter de trop préciser. Je voudrais ici ouvrir aussi largement que possible l'espace de la Voie, pour que tout être humain puisse le reconnaître comme sien. Dans ce temps de brassage, de confrontation des cultures et des croyances, de dialogue et de malentendu, c'est une façon d'esquisser ce que peut être notre lieu commun, à nous les humains.
Le paradoxe de ce lieu, c'est qu'il n'existe qu'à y marcher. Maurice Bellet, philosophe de formation, écrit ici un texte délié de toute argumentation : c'est une parole qui seulement propose. Il est vrai que Maurice Bellet est aussi romancier (Les Allées du Luxembourg).

Rayons : Religion & Esotérisme > Religion généralités > Religion et société

  • Auteur(s)

    Maurice Bellet

  • Éditeur

    Desclee De Brouwer

  • Date de parution

    15/02/2000

  • EAN

    9782220043999

  • Disponibilité

    Disponible

  • Longueur

    20.5 cm

  • Largeur

    14.5 cm

  • Épaisseur

    1.4 cm

  • Poids

    259 g

  • Distributeur

    Hachette

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Maurice Bellet

Maurice Bellet (1923-2018) était l'un des plus grands théologiens français, qui a marqué plusieurs générations de catholiques. Prêtre formé à l'écoute psychanalytique, il a été l'un des premiers à utiliser les outils de la psychanalyse pour déconstruire une certaine religiosité catholique - Le Dieu pervers, DDB, 1979, devenu livre-culte.
Ces outils lui ont servi aussi à élaborer, en une soixantaine de livres, une pensée très critique à l'égard des idoles de notre société, et carrément décapante à l'égard du christianisme. Ce faisant, son œuvre prépare la voie à un « christianisme non religieux ».
Dans cette œuvre, nous avons publié Dieu, personne ne l'a jamais vu (2016) dans la collection « Espaces libres ».

empty