Littérature traduite

  • Palerme, dans une Italie du futur. Rocco Billemi s'éveille, dans son lit, à côté d'un homme égorgé qu'il ne parvient pas à identifier. Il a le vague souvenir d'avoir passé la soirée en compagnie d'un beau garçon, Gabriele, mais ce cadavre sanguinolent ne lui ressemble pas. Alors, de qui peut-il bien s'agir ? Il se trouve pris dans l'engrenage d'une enquête judiciaire dont il est le principal suspect aux yeux de la police. Mais comment établir son innocence alors que toutes les preuves l'accablent ? Décrivant un état sécuritaire, fasciste et homophobe, les auteurs fustigent une certaine Italie - celle d'un Berlusconi, d'une Ligue du Nord - et, au-delà, mettent en garde contre les dérives de nos sociétés dites modernes. Ce roman inclassable, qui oscille entre plusieurs genres et thématiques: policier et anticipation, sociopolitique et (homo)sexualité, a rencontré, de par son originalité, un franc succès en Italie.

  • « Pour appréhender l'immatérialité, il faut absolument dépurer les conditions mentales et être ouvert, de manière mobile et spontanée, au rapprochement et à la réception des faits. Cela signifie qu'il faut analyser et tenir compte de l'«instrument» d'appréhension et de connaissance qu'est l'esprit. Faire avec l'esprit devient une question fondamentale. Il doit être suffisamment limpide, ou du moins pas trouble, devant les faits, et les interférences sur la connaissance doivent être minimes. » Walter Trinca, psychanalyste, nous invite dans son ouvrage à une nouvelle réflexion sur notre rapport au monde. Il propose, comme type d'approche, de faire l'expérience de l'immatérialité grâce à la conscience afin d'appréhender sous un autre jour différentes caractéristiques des phénomènes de la réalité interne et externe. Le but ? Dépasser les obstacles dressés par notre esprit pour un réenchantement de nos relations avec le monde.

  • Ce roman retrace les déboires d'un jeune saxophoniste qui cherche sa voie, sa vie, en fuyant ses souffrances et ses responsabilités dans l'alcool et les excès. Le héros porte le nom de l'auteur : où est la part d'autobiographie ? Difficile à déterminer, et au fond, cela n'a pas d'importance : Batov-auteur ou Batov-narrateur captive le lecteur, l'entraîne dans les cabarets de Saint-Pétersbourg, les montagnes du Tian Chan, et dans la ville d'Urumchi, au coeur du pays Ouïgour.

  • Quelque part au pays Soninké, zone de convergence frontalière entre le Mali, la Mauritanie et le Sénégal, un village légendaire est le théâtre de l'histoire époustouflante de Madjigui. Madjigui (qui veut dire 'on ne l'espérait pas', pour n'être venue au monde qu'après dix-huit ans de mariage de ses parents), fille unique, a vu son mariage à dix-huit ans, se transformer en drame populaire avec le décès de son fiancé et de sa mère, la nuit de ses noces. Madjigui, alors devenue par la force des choses un rebut social, une sorcière, est en duel perpétuel avec la société. Un enfer qui perdure depuis soixante treize ans...
    L'infécondité est partout dans toutes les civilisations, en tout lieu et en toute époque, source de tragédie, de frustration et d'ébranlement des structures sociales dont quelques contours sont illustrés à travers ce roman, présenté ici dans une nouvelle édition revue et augmentée. À travers cette chronique d'un village soninké, l'auteur pose ainsi un regard quasi sociologique sur les moeurs d'une certaine Afrique de l'Ouest, vouée à l'Islam et à ses traditions. "La Vierge du matin", une oeuvre que le lecteur pourra savourer à travers divers sentiments, des rancoeurs et de multiples visages, tons, couleurs et sensations.

  • Saïda a vingt-trois ans et vit dans une cité HLM. Ses parents, d'origine algérienne, sont un modèle d'intégration, mais ont un sens très strict de la morale musulmane. Lorsqu'ils découvrent que leur fille fréquente Sébastien, un Breton, ils décident de prendre des mesures radicales pour l'empêcher de vivre son amour. « La Corne de gazelle » est un roman moderne, une histoire d'amour contemporaine et proche des réalités sociales d'aujourd'hui. À travers la liaison contrariée entre Saïda et Sébastien, c'est une relecture de « Roméo et Juliette » dans les cités d'Ile-de-France qui se déroule sous nos yeux. Un récit et un dénouement que l'on aimerait croire possibles.

  • Pestalozzi et la musique

    James Lyon

    Johann Heinrich Pestalozzi (1746-1827) est incontestablement une grande figure et de la culture et de la civilisation. Sa pensée pédagogique concerne toutes les disciplines au sein desquelles la musique tient une place spécifique. Cet ouvrage a pour objectif de réfléchir à une telle valorisation tout en la situant à travers la dimension psychologique de cet homme, de ses collaborateurs musiciens sans négliger pour autant ni l'histoire en général ni celle de la musique suisse en particulier. Le nom de Pestalozzi est resté associé à un puissant mouvement de promotion pédagogique de la musique et du chant. S'il ne vise pas à l'exhaustivité, l'ouvrage de James Lyon cerne remarquablement les grandes lignes et les objectifs essentiels qui ont présidé à une haute réflexion sur l'éducation de l'homme par la musique. Un bel hommage au travers duquel l'auteur interroge la révolution pédagogique copernicienne, complété par un dictionnaire biographique riche et bienvenu.

  • "Alors, abaissant ses paupières, il jouait avec les images qui apparaissaient devant ses yeux clos. Une symphonie de couleurs ! Il s´en donnait à coeur joie et se laissait enivrer par la ronde des tonalités..."

  • Le trésor de discorde

    Mohamed Boukaci

    La confédération des Boumatra est l'héritière d'un trésor d'une valeur inestimable ayant appartenu à leur ancêtre. Un trésor susceptible d'éradiquer la misère et surtout de mettre un terme au conflit qui oppose depuis des générations et des générations les tribus des Oussaïd, des Ould Aïssi et des Beni Kamou. Lorsqu'un vieux sage décide de leur révéler le secret des Boumatra, leur peuple va s'entredéchirer de plus belle. Alliant la précision documentaire à l'universalité du propos, le Trésor de discorde dénonce les luttes de pouvoir d'une humanité perdue dans un tourbillon de haine et de cupidité. Entre le conte, le roman d'aventures et le récit anthropologique, Mohamed Boukaci signe une chronique désespérément révélatrice de notre espèce, âpre et sans concession.

  • Des contes qui parlent, des contes qui vous interpellent et qui sont comme un miroir qui vous rebalance votre propre image... Le roi Séa avait oublié que le sang a un prix. Celui qui fait couler fortuitement le sang d'innocentes personnes attire sur lui et sur toute sa descendance la malchance et la malédiction. Ses crimes le suivront comme sa propre ombre jusqu'à ce qu'il paye aussi de son sang, celui des autres qu'il a fait couler. « On ne plante pas de l'oignon pour récolter des mangues, tout comme on ne plante pas des pamplemousses pour récolter des oranges. On ne récolte que ce que l'on a semé », a dit le sage.

  • Tu m'as dit : « Je veux mourir avec toi. » Le ton de ta voix était calme, mais déterminé. Comme ton regard où ne planait l'ombre d'aucun doute. Tu n'as pas tremblé ; tu n'as pas hésité un seul instant, pas une fraction de seconde quand tu as prononcé ces mots. Je te connais bien, tu sais. Ce n'étaient pas des paroles en l'air. Tu pensais ce que tu disais.""

  • In 1951, Janet Frame published her first book The Lagoon and Other Stories, a collection which would win the most prestigious national literary award in New Zealand and launch her fascinating career. The essays collected in this volume examine the motifs at work in Frames short stories and unravel a unique literary world which revisits the realist tradition and grants prose a poetic dimension. As much a reflexion about language, voice, modes of writing and narrative strategies as an analysis of Frames recurrent concerns with identity, childhood, relationships between mothers and daughters, secrecy, marginality, community or death, Chasing Butterflies is a great tribute to one of the most famous New Zealand writers.

  • Une jeune femme paumée à l'identité perdue, plongée dans ses délires. Elle et son double. A moins que ce ne soit sa soeur jumelle. Pourront-elles résoudre cette dualité qui les avait tant usées ? Tantôt légères, tantôt violentes, elles se complètent indubitablement et désirent atteindre, coûte que coûte, la réponse désirée. Le coeur ne nourrit hélas plus aucune illusion sur le genre humain. Prêtes au retour, il est l'heure de tout régler. Transformer l'oubli en rêve immortel et intouchable. Enfin. Car ce soir est la nuit du destin.

  • Ayam est une petite fille comme les autres. Un jour, elle fait une rencontre étrange : une ombre. Un autre jour, elle rencontre Line. Ces deux rencontres l'amèneront à vivre des aventures qu'elle ne pouvait imaginer...

  • La promise

    Johanne Luce

    Lors de fouilles archéologiques en Norvège, un manuscrit vieux de 700 ans refait surface. Signé du général en chef des armées du roi de Norvège au beau milieu du XIVe siècle, le Livre de la Vérité révèle un pan caché de l'Histoire de la Scandinavie...Tout commence lorsque le roi Boris de Suède décide de faire de la pure, l'ensorcelante, la fameuse Mira, sa promise. Beaucoup plus qu'une simple paysanne, le mythe la désigne comme la légendaire beauté qui conduira une armée d'hommes sur un immense drakkar vers une terre lointaine et inconnue, changeant le destin de la Scandinavie. Un destin lié au trésor de la forêt d'Elfe... Pendant ce temps, la Norvège et le Danemark, menacés par la soif de pouvoir qui dévore Boris, préparent leur défense et se réservent une monnaie d'échange... pour un bien étrange traité de paix. Mais après la guerre, viendra le temps de la quête du trésor du royaume éternel de Turka, sur des terres lointaines que l'on n'appelle pas encore Amérique... Et si Mira se découvre une nouvelle vie, le passé finira par la rattraper... Entre légende et malédiction, sa beauté ne cesse de donner naissance à des tragédies...

  • Comment deux personnes de plus de cinquante ans, se trouvant à plus de cinq mille kilomètres l'une de l'autre, peuvent-elles se rencontrer, s'aimer et prendre en main leur destin ? Lors d'une mission à Abuja, Fak, un haut responsable syndical sénégalais rencontre sur le net, Domi, une Bruxelloise... Les échanges, au début prudents, connaîtront rapidement une progression étonnante. Fak, à travers ce roman autobiographique, fera une introspection poignante sur fond d'une réalité parfois terrible du Sénégal, son pays.

  • Pistes Ho Chi Minh. Hier lieu de mort et de souffrances. Aujourd'hui produit d'appel pour tour opérateur, soleil, interrogations sans réponse. Tran Chinh Vu, l'auteur, est revenu de l'enfer. Cétait sur les berges d'une rivière du Laos au nom chantant de Se bang hien. Avec son roman La Rivière en feu il a voulu que l'épopée des hommes enfants, des jeunes filles, qui mirent en veilleuse leurs rêves, ne soit enfouie sous les poussières de l'oubli. Printemps 1972, sous la menace permanente de l'aéronavale U.S. et des B52 il faut ravitailler le Sud. Pas de bataille, pas d'envolées lyriques. Il n'y a que le peuple des «termites», celui qui ne peut s'activer que dans le noir. Seul un rescapé du drame pouvait aussi bien en parler. Se bang hien, c'est l'ode d'un survivant à ses frères et soeurs d'armes. À Ngan, la plus belle fille de la division, qui voudrait tant connaître Hanoi; Minh, le héros, déjà veuf à qui une voyante avait prédit que son karma ne s'accomplirait qu'à la troisième épouse; Mun, le trompe la mort, que seul la guerre à sauvé; Tuy qui a toujours le moral et qui aurait voulu, pour se venger des privations, avoir dix enfants; Vinh, la doctoresse, dont le mariage et le bonheur n'ont été que de quelques nuits. Chirurgien elle dirige un hôpital de campagne, tient les mains de «ses enfants» qui savent qu'ils ne reviendront jamais. Il y en a eu tant d'autres et même des lâches. La paix est revenue. Ils ne sont plus que trois à revenir sur les lieux de leurs souffrances. Au petit cimetière, la forêt a repris ses droits. Ils ont envie de pleurer mais, à trop pleurer dans la nuit, la source de leurs larmes sétait tarie. Larmes et douleurs resteront, à jamais, enfouies dans le coeur du soldat. André Coulier, né Do Van Dê

  • Le sifflet magique

    Delano Houphouet

    « Grâce à Gasso, la famine fut vaincue en quelques jours seulement. Et de tout le village, il reçut pour ce qu'il avait fait admiration et reconnaissance, comme on en témoignerait à un roi. Le chef, aveuglé par la jalousie qu'il ressentait vis-à-vis de Gasso, le fit appeler un jour et lui confisqua son sifflet magique. Dès qu'il l'eut dans les mains, il se mit à siffler aussitôt, mais à sa grande surprise rien n'apparut. Il siffla encore et encore, mais rien n'y fit. » Tolérance, solidarité, responsabilité, respect... Autant de valeurs que depuis toujours les contes s'efforcent d'illustrer. « Réveiller la conscience des peuples, éduquer et divertir les enfants, faire la promotion du bien et bannir le mal » : tels sont les buts de ces contes qui, tirant leurs origines dans les proverbes, viennent rendre hommage aux récits populaires ivoiriens dont ils s'inspirent.

  • Kana est roi. Mais une lourde dette pèse sur son trône. Il va lui falloir intriguer pour conserver ce qu'il a obtenu. Une nouvelle machination se met alors en place. Les conséquences catastrophiques de ses actes et de ses ambitions vont lui compliquer la tâche et élever des oppositions inattendues. Il ne croit pas au mauvais sort, mais peut-être a-t-il tort ? Quel sera donc son avenir ? Zola a obtenu bien malgré lui des responsabilités qu'il va devoir honorer. Ironie du destin, il les doit à Kana. Il lui faudra pourtant ne faire aucun sentiment pour contrecarrer une nouvelle fois le plan machiavélique du roi maudit... La menace d'une guerre n'est pas la seule à planer sur le royaume de Loughémo : une autre, bien pire encore, se laisse deviner... Prolongement logique du « Prince félon », « Le roi maudit » explore plus avant l'univers ensorcelant d'A. B. Koubemba. Jouant d'ombre et de lumière, mêlant intrigues de pouvoir, conspiration et romance, ce deuxième opus prolonge avec brio le chapitre d'une fresque définitivement à part.

  • À travers ces échanges de lettres, vous découvrirez un altruiste, protecteur et surtout accessible Professeur, « Joe », dans une saine dyade avec une jeune enseignante, « Sika », laquelle se dit « épanouie » et « cultivée », et qui s'est donné comme mission d'en faire de même avec ses jeunes élèves. Ce pseudo air de suffisance qu'elle a semblé exhaler un moment, n'est-il pas dissipé de par sa position dans cette relation ? Une relation non pas perverse, mais saine, ouverte, généreuse et basée sur une confiance établie par les événements de la vie. Pour toute difficulté, Sika se rabat sur Joe, lequel lui laisse sa porte toujours ouverte. Elle qui n'hésite guère à signer ses lettres « votre fille », considérant ainsi Joe comme le substitut de son père.

  • Cuvée de sang

    Kodjo Bassowou

    Des cinq qui partirent à la chasse, seuls quatre revinrent et sonnèrent l'alarme : au coeur de la forêt, Zieng s'était volatilisé. Les battues restèrent vaines, l'homme pieux était introuvable. Lorsque son neveu Mouss qui l'accompagnait au moment des faits exhibe et dispense crânement une soudaine fortune, nul ne s'interroge encore sur sa provenance. Il faudra attendre que le cadavre du disparu, charrié par les eaux, remonte à la surface pour que les autorités policières décident de s'intéresser à lui et de l'arrêter, lui ses acolytes. Dans la salle de tribunal, face aux juges et au peuple réuni, le jeune homme acculé se lancera alors dans une macabre confession qui modifiera à jamais le visage de la communauté. En son sein, Juset.

  • L'amour et le socle

    Hamed Ndiaye

    Des années les ont séparés. Un mariage raté, des enfants : les deux ex-amants ont fait leur chemin chacun de leur côté. A l'heure des retrouvailles, Ahmosis et Mad brûlent du désir de prendre leur revanche. Leurs coeurs portent encore la cicatrice de leur amour. Leur peine, terrible, qui perdure : la morale de cette société qui s'était opposée à leur union. Elle, une fille de caste intermédiaire. Lui, issu de la noblesse. Ils se prennent à rêver d'une nouvelle chance.

empty