Don Bosco

  • Voici la vie de Don Bosco, croquée pour les enfants.

  • Environnement complexe et s'inscrit résolument dans le sillage des fondateurs et fondatrices de l'Enseignement catholique. Loin de gémir sur leur temps, ils ont tenté d'inventer des réponses nouvelles et audacieuses aux besoins de la société de leur époque.
    Quelles que soient les difficultés d'un contexte en rapide évolution, la réponse aux diverses attentes éducatives ne réside pas d'abord dans les méthodes ou les modes pédagogiques : "L'éducation est surtout une question de regard". C'est la foi inébranlable en l'avenir de tout élève et en ses talents parfois cachés, qui permet d'affirmer, comme l'annonce clairement le titre du livre, que l'acte d'enseigner et d'éduquer est un acte d'Espérance.
    Ces pages lucides et toniques donneront assurément à tout éducateur de l'Enseignement catholique l'occasion de ressaisir à quel point l'Evangile peut non seulement éclairer son propre chemin de foi mais aussi dynamiser sa manière d'enseigner, d'éduquer et raviver son désir de faire "croître en humanité" les jeunes générations.

  • Cet ouvrage part d'une description lucide de la complexité croissante de l'acte d'enseigner, sans verser dans les lamentations. Au contraire, il pointe les défis essentiels à relever. Par cette attitude, Maurice Bergeret s'inscrit dans le sillage des fondateurs et fondatrices de l'Enseignement catholique, qui ont tenté d'inventer des réponses nouvelles et audacieuses à des situations qu'ils jugeaient non satisfaisantes.
    Le second mérite de cet ouvrage est de rappeler que ce ne sont pas d'abord des méthodes ou des modes pédagogiques qui répondent aux besoins scolaires et aux attentes éducatives.
    Maurice Bergeret nous redit que «l'éducation est surtout une question de regard». C'est parce que nous croyons en l'avenir de tout élève, en ses talents parfois cachés que nous pouvons affirmer que l'acte d'enseigner et d'éduquer est un acte d'Espérance.
    Nous ne sommes pas dans l'incantation : le troisième mérite de ce livre est de fonder cette Espérance. Maurice Bergeret approfondit l'importance des valeurs éducatives, comme l'intériorité, la liberté, la responsabilité, la solidarité.
    Mais il fonde ces valeurs elles-mêmes sur le témoignage et l'enseignement d'une Personne : Jésus de Nazareth «lumière sur notre route».
    Tous les éducateurs de l'Enseignement catholique pourront trouver, quels que soient leurs itinéraires personnels par rapport à la Foi, la proposition que l'Evangile éclaire leur manière d'enseigner et d'éduquer.
    Le fondement ultime et décisif de ce regard d'Espérance sur l'élève, et Maurice Bergeret partage avec nous jusqu'au bout sa démarche de croyant, c'est notre Foi en la Résurrection.
    C'est bien parce que la vie l'emporte toujours sur la mort que nous ne pouvons pas désespérer d'un jeune, même dans des situations qui, à échelle humaine, pourraient paraître désespérantes.

  • Particulièrement les jeunes et leurs familles qui doivent faire face à de multiples défis, parmi lesquels : réagir contre le décrochage scolaire, s'insérer durablement dans la cité, reconstruire le lien familial. Le champ de la prévention et de la protection de l'enfance cherche à comprendre les causes de ce processus permanent d'exclusion.
    Il tente d'inventer de nouvelles approches éducatives en refondant le sens de l'action sociale. La vision de Don Bosco et de ses successeurs occupe une place prépondérante et légitime dans une juste conception de l'intervention pédagogique. A sa suite et pour aujourd'hui, Xavier Thévenot (1938-2004), moraliste salésien, a développé une pensée positive et innovante sur le sens et le fondement de la relation éducative.
    Sa conception, attractive et motivante, est insuffisamment connue au sein du secteur social. Elle s'adresse en particulier aux éducateurs, chrétiens ou pas, mais aussi à l'ensemble des travailleurs sociaux qui accompagnent au quotidien des jeunes en difficulté. Ils y trouveront des repères utiles et constructifs, capables d'éclairer le sens de leur action.

  • Les travaux sur la pédagogie chrétienne privilégient volontiers le registre proprement scolaire et, au sein de celui-ci, la formation intellectuelle. Pour diverses raisons, ils négligent l'éducation corporelle, physique et sportive.
    Or, de nombreuses et nouvelles initiatives à son égard ont été prises par des chrétiens, en lien avec des orientations pastorales très précises ; c'est en particulier le cas des patronages.
    L'objet de cet ouvrage à plusieurs voix est de contribuer à remédier à cette omission et à en indiquer les enjeux.
    Réunissant les collaborations de spécialistes bien connus, dont les travaux en ce domaine font autorité, il présente sans prétention à l'exhaustivité, mais à titre d'illustrations, trois séries d'études complémentaires :
    Les premières évoquent les personnalités dont l'action s'est avérée décisive, les secondes portent sur des institutions notoires et les troisièmes présentent diverses approches de type réflexif et théologique.

  • Depuis des années les responsables français s'interrogent sur les raisons du relatif échec de notre système éducatif.
    Le débat sur l'École s'enflamme régulièrement dans les médias sur la question des programmes, du nombre d'enseignants, de leur formation, de la réduction des postes... Avec une constance digne de moines copistes, les réformes succèdent aux réformes... Les deux grains de sable qui font aujourd'hui vaciller les certitudes de nos élites s'appellent PIRLS et PISA. Ces consultations internationales montrent que les résultats obtenus sont alarmants : la part des bons élèves diminue et celle des élèves en difficulté augmente.
    Quand avec son sens de la formule, Claude Allègre lance "il faut dégraisser le mammouth", il commet l'erreur de viser les enseignants et leur autonomie. L'Éducation Nationale n'est pas un mammouth à dégraisser, elle ressemble plutôt à une autruche dont la tête pensante est bien enfouie dans le sol pour surtout éviter de voir que d'autres voies sont possibles. Année après année, comment expliquer que la majorité des collèges d'un département aient moins de la moitié de leurs élèves qui obtiennent la moyenne à l'examen du brevet, sans remettre en cause l'organisation de la chaîne de responsabilités ? Aujourd'hui, stoppons les réformes (changer la forme) et engageons une refondation centrée sur le pilotage de ce "grand navire" et sur l'évaluation de ses résultats à étape régulière (fin primaire, fin collège).
    Cet essai ouvre des voies pour que l'École française ne soit plus le miroir fidèle des inégalités et des injustices de la société.

  • Ouvrir la bible

    Mattam Zacharias

    Siècles. Ce n'est donc pas un livre facile à lire et à comprendre. Il a fait l'objet de nombreuses études issues de disciplines scientifiques variées, menées durant les deux derniers siècles. Zaccharia Mattan propose un livre guide à travers la diversité des textes, les genres littéraires anciens, les cultures du Moyen-Orient. Il oriente, il éclaire, il explique patiemment chaque livre, donnant les clés de lecture, mettant en relief les difficultés, les diverses interprétations et études des auteurs récents, laissant la liberté au lecteur de se faire sa propre opinion. Il n'oublie pas que ces textes incitent à la prière, sont parfois prières et permettent de rencontrer Dieu dans sa parole.

  • Le véritable défi, à l'aube du xxie siècle, est celui de l'éducation.
    Pour que l'acte d'éduquer soit possible, il faut que trois conditions soient réunies: la confiance en l'éducabilité du jeune, la capacité à se mettre en projet, l'aptitude à établir une relation avec le jeune. la spiritualité chrétienne conduit à vivre cet acte éducatif dans la trilogie constitutive de la démarche chrétienne, celle du croire, espérer, aimer. eduquer au nom du père, du fils et du saint esprit, c'est développer une pédagogie de la confiance, de l'espérance et de l'alliance.
    Voici alors que devient possible de vivre la rencontre des jeunes comme chemin de rencontre de dieu. se dessine ainsi un chemin original de rencontre du christ, qui prend pleinement en compte la situation professionnelle, militante ou familiale de l'éducateur.

  • Enseignants, animateurs, éducateurs sont aujourd'hui confrontés aux problèmes posés par les difficultés que rencontrent les enfants et les adolescents dans le rapport à la loi.
    Nous le savons tous, au moins à travers les médias, les enfants qui grandissent " sans espoir, sans repère, sans limite " pour reprendre une expression de Pierre Cardo, manifestent de plus en plus une violence souvent gratuite. Faire face à ce phénomène de société demande, en premier lieu, d'analyser de manière approfondie les cheminements et mentalités de la jeune population concernée, et ensuite, de trouver les réponses éducatives qui puissent prévenir ou, à défaut, permettre à l'adolescent de reprendre le cours habituel de la vie en société.

empty