Anacaona

  • Plongée vertigineuse dans le monde du crime de São Paulo. Très noir. « Il est temps que je me venge, ma faim s'est transformée en haine. » Au Brésil, dans la favela, 5 voyous planifient le braquage parfait. Sans perspective de futur, tombés dans l'engrenage cruel de la haine, poussés par une faim ultime, ils tuent, aiment ou meurent dans des proportions démesurées. «Ici, pas de distance intello, on est là in vivo dans une favela de Sao Paulo, dans le ghetto in utero. Lecture du KO et littérature du chaos. » Ferréz est le chef de file de la littérature périphérique au Brésil. Le Manuel s'est vendu à 200 000 exemplaires au Brésil.

  • Dans une favela fictive de Rio de Janeiro gouvernée par le trafic de drogues, l'organisation Connexion révolutionnaire s'implante peu à peu. Les militants ont décidé d'exploiter la situation sociale explosive des favelas, d'utiliser les armes lourdes des trafiquants et de soulever le peuple pour déclencher au Brésil la révolution socialiste.

    Cette curieuse union entre trafiquants, jeunes idéalistes de classe moyenne et leaders communautaires ne s'embarrasse pas de pudeur bourgeoise : l'argent des narcotrafiquants n'est pas plus sale que celui des oppresseurs. La révolution des années 1970 a échoué, celle des années 2000 réussira et partira non plus des quartiers huppés mais des quartiers populaires. L'auteur Fernando Molica signe ici une farce politique et policière assortie d'une critique sociale féroce.
    />
    Traduction de Sandra Assunção & Isabelle Delatouche.

  • Charbon animal

    Ana Paula Maia

    Trois hommes dans une ville minière au Brésil. Un pompier, un employé dans un crématorium, un mineur.


    Entrer dans un immeuble en feu, défoncer des portes à la hache et sauver des vies. Brûler des corps à 800°C et les passer au broyeur. Travailler dans une mine à deux cents mètres de profondeur et ne connaître du soleil que l´aube et le crépuscule.


    Des hommes qui ont le courage de tout faire, compétents mais ignorés. Des anti-héros invisibles, aux échecs plus nombreux que les succès.  Excaver du charbon végétal ou transformer des corps en charbon animal. Ici, les professions sont violentes et emprisonnent. Confrontés quotidiennement à la mort physique et matérielle, ces travailleurs ne ressentent ni tristesse ni solitude. Ils vivent, du mieux qu´ils peuvent, et apprennent à orienter leur regard là où la misère est moindre.

      La jeune brésilienne Ana Paula Maia rappelle Zola ou Dostoïevski dans ce premier opus d´inspiration naturaliste, et crée une bulle claustrophobe hypnotisante. Sa prose dessublimée ne cherche pas à créer une beauté là où il n´y en a pas : elle montre ce que nous ne voulons pas voir - et révèle une dignité là où personne ne l´imagine.

      "Charbon animal parle de la mort  physiologique .  Le corps mort est mis à nu, sans état d´âme. Le talent d´Ana Paula Maia est de nous offrir un roman extrêmement dense et doux à la fois, un récit clinique mais pas cynique."  (Paula Anacaona)

  • L'histoire de Kéro, fils de pute et gamin des rues. Brésil, années 1970. Kéro est un fils de pute - littéralement. Livré à lui-même dans les rues du port de Santos, il raconte la brutalité de son quotidien. Élevé par une maquerelle, entouré de putes, de flics pourris, de matons pervers et d'enfants aussi abandonnés que lui, il sait qu'il n'a aucune chance de s'en sortir. Kéro, écrit par Plinio Marcus, l'auteur maudit de la dictature brésilienne, a acquis le statut de roman culte au Brésil.

  • Au suivant

    Henrique Rodrigues

    À la mort de son père, un adolescent se voit obligé de travailler en parallèle à ses études et devient employé dans un fast-food franchisé. Entre aliénation et exploitation, mais aussi liens tissés avec le reste de l'équipe et fierté d'aider à faire vivre sa famille, il raconte avec simplicité son quotidien. Dans ce roman de formation, l'auteur Henrique Rodrigues décrit les rêves, les frustrations et les peurs de tous les ados à l'entrée à l'âge adulte, tout en brossant en arrière-plan le portrait social de ces familles en voie de paupérisation. Recommandé également pour les adolescents.

  • Tatou

    Paula Anacaona

    Victoria est franco-brésilienne, métisse noire, et présidente d'une multinationale. Femme brillante ayant brisé tous les plafonds de verre, elle s'est hissée au sommet par les études, le travail, et une faim dévorante. En guerre contre le monde entier et surtout contre elle-même, elle a l'exigence d'être première en tout - il lui faut être plus, avoir plus, toujours plus...

    Prisonnière de sa vie de socialite et incapable d'en trouver la sortie, aujourd'hui, elle suffoque et dépose les armes. Sans concession envers ses deux pays et ses deux couleurs, elle se met à nu avec franchise. Un roman engagé, écrit dans une langue rythmée, cynique et truffée de références à la culture brésilienne et afro-américaine.

  • "Une bande-dessinée écrite en rimes, comme du slam.
    Des vies et des histoires juxtaposées, des maisons imbriquées, des ruelles abandonnées.
    La favela manque d'air. Partout, le même quotidien suicidaire.
    Dans les favelas de São Paulo, pas besoin de crever pour être enterré."

  • Je suis encore favela

    Collectif

    La favela apparaît ici sous un visage inédit. Tour à tour réalistes, ironiques ou désespérantes, ces histoires retracent son quotidien. Familles ou mères célibataires, adolescents, travailleurs ou voyous, policiers... Regards et perspectives se croisent. Malgré la violence, ces quartiers ont beaucoup d'autres histoires à raconter.

    Un collectif d'auteurs éclectique. Engagés, dissidents, confirmés ou débutants : du micro au stylo, la littérature sert à dénoncer. Il fallait des haut-parleurs : Je suis encore favela en est un.

  • Troupe d'élite 2

    Collectif

    « La police a été conçue et organisée pour combattre le crime. Aujourd´hui à Rio, elle est le crime. » (CE LIVRE EST INDEPENDANT DE TROUPE D'ELITE 1. Il peut être lu de manière autonome) Voici une immersion du côté de la police, du maintien de l´ordre public et de la loi. En théorie. Les milices, ces groupes paramilitaires, sont le thème de ce nouvel opus. Dépositions, comptes-rendus d´enquête, récits d´interpellation... les pièces du puzzle s´assemblent. Cette troupe d´élite n´a rien d´une élite.
    En 420 pages et 25 chapitres, les narrateurs - un policier hors service en chaise roulante, un député incorruptible en lutte contre les milices et un flic d´élite - démontent cet écran de fumée : une police criminelle, assassine, pourrie... ça oui. Ce roman consacré aux mafias brésiliennes décrit le fonctionnement des milices et des hommes de l´ombre de la police : leurs pratiques, leurs valeurs, leurs émotions. Leurs certitudes se brouillent. Le champ de bataille est l´âme des personnages, qui cherchent l´illusion rédemptrice ou se troublent devant la remise en cause de leurs idéaux...
    Troupe d´élite 2 est le film le plus vu de l´histoire du cinéma brésilien, devenu culte dès sa sortie. Voici le livre qui a inspiré le film.   

  • Noir et blanc

    Fernando Molica

    Trois adolescents noirs d'une favela de Rio de Janeiro sont exécutés. Classique règlement de comptes entre narcotrafiquants ? C'est ce que veut faire croire la police. Sauf que les victimes, sans antécédents judiciaires, ont été vues le soir de leur mort avec plusieurs policiers. Fred a grandi avec une mère qui faisait tout pour qu'il paraisse blanc. Pas question de traîner avec des gens plus foncés que lui, pas question d'assumer ses cheveux crépus, pas question de dire : je suis noir. Au maximum, il pouvait dire : je suis café au lait. Aujourd'hui brillant avocat, Fred est devenu militant du mouvement noir et des droits civiques. Et il a décidé de faire toute la lumière sur la mort de ces trois jeunes des favelas, quitte à mettre en danger sa relation amoureuse avec l'attachée de presse de la police... « Un examen des relations raciales dans le Rio de Janeiro contemporain » (Folha de Sao Paulo) Avec ce roman policier, vraie radiographie de la société brésilienne, Fernando Molica explore les méandres de la corruption et de la violence policières, et révèle aussi toute la complexité du racisme au Brésil. Journaliste pour les plus grands quotidiens brésiliens, reporter à la télévision, FERNANDO MOLICA est l'auteur de 6 romans. Avec ce polar, véritable radiographie de la société brésilienne, il explore les méandres de la corruption et de la violence policières, et révèle toute la complexité du racisme au Brésil.

  • Je suis favela

    Collectif

    Vingt-deux nouvelles, comme des courts-métrages littéraires : dans ces variations sur une misère urbaine banalisée, la favela apparaît sous un visage inédit : vue sur la colline, ses débrouilles et ses légendes. Tour à tour réalistes, ironiques ou désespérantes, ces histoires révèlent son quotidien. Mères célibataires, adolescents, travailleurs, bandits et policiers corrompus... la situation est explosive.
    Et soixante pages d´articles de presse et d´entretiens : après l´immersion, l´analyse. Pour démontrer la relation troublante entre fiction et réalité, quatre grands articles pour en savoir plus sur la police, la violence urbaine, le trafic de drogues et le funk.
    "Même un pied je vendrai et en béquilles, je vivrai. Pour libérer mon ventre de la misère, même aveugle je resterai".

empty