Sébastien Fevry

  • Brefs déluges

    Sébastien Fevry

    Brefs déuges.

  • Solitude Europe

    Sébastien Fevry

    • Cheyne
    • 17 Décembre 2018

    Car, enfin, fallait-il que nous soyons épuisés / Pour nous retrouver au mitan d'octobre / Comme deux enfants désunis / Au bord de cette route qui ne mène nulle part / Sinon aux bords de la Grande Casse.

  • Chaque période historique, même la plus tragique, peut engendrer sa repartie comique. Au cinéma, des films comme Charlot soldat, Le Mur de l'Atlantique ou La vie est belle témoignent de la licence dont dispose le genre comique pour détourner les grands événements du passé. Voici mise en perspective la tension entre le comique et l'Histoire, notamment dans les films burlesques de la Grande Guerre, les comédies françaises de la Résistance, les satires du Vietnam ou les comédies de la Shoah.

  • La mise en abyme, si l'on se réfère à la définition d'André Gide, reproduit au sein de l'oeuvre le sujet même de cette oeuvre. Phénomène multiforme, la mise en abyme se déploie aussi bien dans le monde romanesque que dans le monde cinématographique.
    La première partie de cette étude dresse ainsi un tableau des différentes occurrences sémiologiques de la mise en abyme filmique (langage verbal, image, bruit, musique) et s'interroge sur leur portée narratologique. Cette typologie est illustrée par de nombreux exemples tirés des films de Jean-Luc Godard, Federico Fellini. Orson Welles...
    La seconde partie de l'ouvrage entreprend de confronter la théorie à la réalité d'un film, en l'occurrence Trans-Europ-Express d'Alain Robbe-Grillet. Non contente d'assurer la pertinence de l'appareil théorique dégagé, l'analyse du film entraîne le lecteur dans un fascinant parcours spéculaire et attire son attention sur la richesse de l'écriture cinématographique.
    Cet ouvrage s'efforce donc de répondre, dans la mesure de ses moyens, à une double interrogation : quelles sont les capacités narratives et sémiologiques dont dispose la mise en abyme dans le champ cinématographique ? Dans quelle mesure celle-ci contribue-t-elle à dynamiser la lecture d'un film singulier ?

  • La nostalgie est devenue une ressource fondamentale de la culture médiatique contemporaine. Les séries télévisées au look rétro, l'amour du vintage et des meubles patinés, le déferlement du rétro-gaming ou encore les commémorations (muséales) d'un passé souvent idéalisé peuplent désormais notre quotidien. La nostalgie est pourtant bien plus qu'une simple rétrogradation temporelle, et c'est ce que les auteur-e-s de cet ouvrage entendent démontrer à travers des réflexions critiques et des cas d'études originaux et inédits. Comment comprendre la passion pour les photographies de maisons en ruines ? Qu'est ce qui nous pousse à regarder en boucle nos séries préférées ou celles de notre enfance ? Pourquoi écrire aujourd'hui une carte postale qui sera reçue en 2042 ? Voici quelques-unes des nombreuses questions auxquelles cet ouvrage collectif transdisciplinaire - le premier en langue française - propose d'offrir des pistes de réponse.

  • Les diverses modulations dans le traitement de ce thème cinématographique sont abordées, mettant en évidence les divers modes narratifs de représentation de l'apocalypse mais aussi les formes visuelles qui sont censées exprimer l'idée de fin du monde.

empty