Presses De Sciences Po

  • «Nous vivons un choc de mondes qui n'était pas prévu.»Bruno LatourFace aux problèmes environnementaux et sanitaires qui nous submergent, face à la cadence inédite des innovations technologiques, les expert·e·s s'affrontent, se contredisent ou s'avouent sans réponse. Les controverses surgissent à un rythme bien plus rapide que la production des savoirs. Dans cet âge d'incertitude, où la décision doit souvent précéder la connaissance, il nous faut imaginer de nouvelles manières de penser et d'agir collectivement.La cartographie des controverses fournit ce cadre. Pratique pédagogique pionnière en sciences sociales, elle apprend à regarder le monde sans jamais séparer sciences, techniques et société. À tenir compte de tous les points de vue et du contexte dans lequel ils sont émis. À analyser finement l'écosystème qui fait naître un objet, une invention, un phénomène.Pour se repérer dans l'incertitude, nous dit-elle, il faut d'abord se perdre dans la complexité.Ce livre en offre le mode d'emploi, en s'appuyant sur des exemples de controverses contemporaines soigneusement sélectionnées pour leur diversité et la richesse de leurs enseignements.

    1 autre édition :

  • Cet ouvrage salue Pascal Perrineau, un éminent professeur, un chercheur et un expert électoral particulièrement reconnu. Les textes réunis ici sont représentatifs de ses grandes préoccupations scientifiques, autour des transformations de la démocratie et de la montée en puissance du phénomène populiste. Lire la suite Cet ouvrage salue un éminent professeur, un chercheur et un expert électoral particulièrement reconnu. Les textes réunis ici sont représentatifs des grandes préoccupations scientifiques de Pascal Perrineau, autour des transformations de la démocratie et de la montée en puissance du phénomène populiste. Tout au long de sa carrière, il a défendu une science politique ouverte aux différents savoirs, disciplines et méthodes, et tenant à distance les dogmatismes ; il a enseigné la vie politique à des cohortes de jeunes citoyens et les a sensibilisés à l'importance d'en comprendre les principes et les rouages.

    Par leurs contributions, les auteurs expriment leur gratitude et leur amitié à Pascal Perrineau, directeur du Centre de recherches politiques de Sciences Po, le Cevipof, jusqu'en 2013, professeur à Sciences Po jusqu'en 2018 et désormais président de Sciences Po Alumni.

  • Fariba Adelkhah et Roland Marchal, tous deux chercheurs au centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI), ont été arrêtés en Iran au début du mois de juin 2019. Emprisonnés depuis lors, ils sont incarcérés dans la prison d'Evin, située au nord de Téhéran.
    Ils sont détenus uniquement pour avoir exercé leur métier de chercheurs.
    Leurs collègues, mobilisés pour leur libération, utilisent dans cet ouvrage de combat les outils de la recherche pour analyser de telles situations de crise politique et diplomatique. Ils rappellent la fragilité de l'indépendance scientifique et les périls auxquels s'exposent quotidiennement des universitaires sur de nombreux terrains internationaux pour faire avancer les connaissances.

    Ariel Colonomos et Gilles Favarel-Garrigues sont directeurs de recherche CNRS au CERI (Sciences Po). Ils ont codirigé cet ouvrage préfacé par le comité de Soutien de Fariba Adelkhah et Roland Marchal et regroupant des textes de Frédéric Mion, Jean-Pierre Filiu, Bernard Hourcade, Deborah Prentice, Pascale Laborier, Jean-François Bayart, Sandrine Perrot et Didier Peclard, Alain Dieckhoff..

  • Les Chiffres clés de la culture et de la communication présentent une analyse complète et transversale du champ de la culture à travers 32 fiches contextualisées livrant et commentant les dernières données disponibles par secteur.

  • Ville durable, frugale, sobre, résiliente, intelligente... Face à l'urgence environnementale, partout à travers le monde se multiplient les projets urbains innovants pour réduire la pollution et le gaspillage.
    Mais que valent ces expériences à l'échelle de la planète ?
    Quelles sont leurs limites ? Est-il possible de rendre une ville durable sans nuire à son voisinage ? Comment détecter les fausses bonnes idées ?
    C'est ce à quoi s'emploie cet ouvrage, qui ne se contente pas de dresser un panorama d'expériences pionnières menées dans neuf métropoles de pays industrialisés et émergents, du Nord comme du Sud, mais qui s'intéresse à des procédés d'échelles et de natures très différentes - un objet urbain comme une ville entière - pour tenter d'en dresser le bilan et de discerner des pistes de généralisation.

  • Dans le champ des relations internationales, les études diplomatiques font l'objet d'un regain d'intérêt élevé, tant académique que pratique. L'élargissement de la scène diplomatique non seulement aux acteurs sociétaux mais aussi aux puissances émergentes l'explique en partie seulement. Aujourd'hui, la diplomatie se déploie dans un environnement caractérisé par la recherche de l'image et de la réputation, où l'essor des technologies de l'information et de la communication, associé à la sophistication des moyens de navigation numérique, interroge son travail de façon inédite. Elle est soumise à la pression de la contrainte budgétaire sur les politiques publiques, ce qui l'oblige à redéfinir les conditions de son action. Elle agit aussi sur de nouvelles scènes issues du développement des organisations intergouvernementales, notamment régionales.
    />
    De la sécurité au commerce en passant par la finance, la culture et l'environnement, cet ouvrage, qui rassemble les meilleurs spécialistes francophones du sujet, donne à comprendre comment se pratique la diplomatie du XXI e siècle et quels en sont les principaux enjeux.

  • Dix ans après la publication de Gouverner par les instruments qui avait pointé l'importance des instruments par rapport aux décisions dans la structuration et dans la mise en oeuvre des politiques publiques, cet ouvrage revient plus en détails sur le choix des instruments, qui constitue une étape essentielle de l'action publique une fois une loi votée ou une décision prise. Les instruments, contrairement aux idées reçues, ne sont pas les entités figées d'une boîte à outil mais bien des construits sociaux, cette étude rend compte des dynamiques et des conflits politiques qui traversent l'action publique.
    Ce nouvel opus ne fait pas seulement le bilan des débats et des controverses sur l'instrumentation en dialoguant avec d'autres champs d'études comme les sciences de gestion, il aborde des sujets tels que l'instrument cartographique, l'outil statistique, les droits de propriété, la dette publique, etc. Finalement, l'instrumentation se révèle une démarche féconde pour penser les sciences sociales et l'action collective aujourd'hui.

  • Societes contemporaines 119 Nouv.

    La formule «mépris de classe» est régulièrement mobilisée dans le discours public pour désigner le dénigrement de dominés sur la base de leurs appartenances et propriétés sociales. Pour introduire le dossier consacré à cette catégorie de sens commun peu abordée par les sciences sociales, Nicolas Renahy et Pierre-Emmanuel Sorignet sociologisent cette catégorie de sens commun en prenant la mesure des jugements moraux qui fondent l'économie des émotions de classe. Élie Guéraut en étudie les manifestations dans une ville moyenne en déclin où une petite bourgeoisie culturelle tente de se réassurer socialement. Raphaël Challier analyse la stigmatisation d'un «cassos» et ses tentatives de préservation de sa respectabilité par son engagement au Front national. Cyril Nazareth s'intéresse aux usages pratiques que les agents sociaux font des catégorisations ethniques à partir de l'examen minutieux des ressorts d'une bagarre générale qui clôt un match de football amateur.La rubrique Varia rassemble des textes consacrés à la musique. Alexandre Robert étudie la fabrique des oeuvres contemporaines par des compositeurs en formation et Myrtille Picaud compare les configurations professionnelles de deux capitales européennes.Les attaques contre l'enseignement supérieur et la recherche s'accélèrent et dès lors le combat continue et justifie plus que jamais le maintien de notre rubrique En lutte.

  • Critique internationale 90 Nouv.

    En solidarité avec Fariba Adelkhah, emprisonnée en Iran depuis le 5 juin 2019, la rédaction de Critique internationale reproduit ici quatre de ses articles, témoins d'un travail au long cours honoré le 15 décembre 2020 par le Prix Irène Joliot-Curie «Femme scientifique de l'année».Les figures du javânmard, chevalier des temps modernes, des «mangeurs de terre», d'un maire de Téhéran immensément populaire traduit en justice, et des protagonistes de la «reconstruction post-conflit» sous respiration artificielle internationale nous rappellent la capacité de notre collègue à restituer la banale complexité des sociétés contemporaines, en Iran et en Afghanistan. Ces textes, et les introductions qui les accompagnent, révèlent une chercheure sensible et taquine, subtile et exigeante, rendant compte avec minutie de la réalité empirique pour laisser entrevoir une critique sans concession de l'ordre social et des rapports de domination, mais aussi une compréhension empathique de ses interlocuteurs et interlocutrices.

  • Le mouvement patronal chrétien est né de la transformation, durant les années 1940, d'une fédération de syndicats catholiques créées en 1926 en un mouvement de pensée.
    Une certaine éthique des affaires s'y élabore : faire prévaloir l'intérêt de l'entreprise sur l'intérêt personnel (par exemple dans le domaine des rémunérations des dirigeants) ;
    Penser sans cesse le rôle de l'entreprise dans la société (le « civisme d'entreprise » :
    « l'entreprise est au service de la nation, de la cité, c'est sa meilleure, sa seule justification ») ; se comporter en « chef d'une communauté » (et arbitrer entre ces membres : personnels ou actionnaires, clients ou fournisseurs...). Telles sont les règles essentielles exprimées dans les années 1960 par Yvon Chotard, qui préside alors le mouvement des patrons chrétiens.

    S'appuyant sur de riches archives inédites et de nombreux entretiens, cet ouvrage retrace près d'un siècle d'une organisation hybride, ni mouvement d'Église, ni mouvement patronal, ni mouvement de sociabilité, ou alors les trois ensemble. Il éclaire d'une façon renouvelée l'histoire des mouvements patronaux au XX e siècle mais aussi l'influence du Concile Vatican 2 sur une partie des élites catholiques. Dans les discussions entre évêques et patrons se lisent ainsi les dilemmes d'une Eglise confrontée à la déchristianisation et ayant à dialoguer à la fois avec les prêtres-ouvriers et les dirigeants d'entreprise.

  • Sociologies pratiques hors-serie - la sociologie de l entrep Nouv.

    Ce numéro hors-série fait le point sur la sociologie de l'entreprise: ses origines, son objet de recherches, son évolution, ses difficultés et questionnements, ses approches théoriques et praticiennes, ses nouvelles tendances. Il interroge ce champ disciplinaire et livre les résultats de travaux empiriques contemporains: transformations des entreprises, mondialisation, entreprises réseau, formation professionnelle, petites entreprises, identité au travée, etc.

  • Réunissant les réflexions de politistes et sociologues français et internationaux parmis les plus reconnus, cet ouvrage propose un état des lieux de la discipline des politiques publiques en s'appuyant sur les travaux fondateurs de Pierre Muller, qui a fortement contribué à sa reconnaissance et à son développement.

  • Les conflits portés par des revendications identitaires - autonomie, indépendance, droits culturels - n'ont cessé d'augmenter depuis 1945 et vont parfois jusqu'à menacer l'existence des Etats. Loin d'avoir disparu dans les régimes démocratiques, ils sont particulièrement importants en Turquie, en Iran et au Pakistan et ce, malgré une construction étatique et un rapport aux minorités profondément différents.
    Dans ces trois pays, l'identité ethnique ou religieuse est un principe quotidien de classement des individus et de hiérarchisation des groupes. Or, si les différences créent de la hiérarchie et de la rivalité, elles ne débouchent pas nécessairement sur des conflits. Comment passe-t-on alors de la simple "friction culturelle" au conflit identitaire ouvert ? Effectuant des découpages territoriaux, cartographiant, recensant et classant les populations, imposant des normes d'enseignement et distribuant inégalement les ressources, les Etats produisent les conditions propices aux mobilisations identitaires.
    Le basculement dans la violence est dès lors fonction des politiques étatiques - de discrimination, d'ouverture ou de répression - qui organisent les rapports entre les groupes.

  • Tous les pays sont confrontés à la même difficulté : produire plus mais avec moins de ressources, et donc en les ménageant davantage. Or, un tiers de la production mondiale est chaque année perdue ou gaspillée, soit près d'1,3 milliard de tonnes de nourriture. On comprend, dans ce contexte, que la réduction des pertes agricoles et du gaspillage des ressources naturelles constitue un défi majeur pour l'espace méditerranéen, très contraint en termes de disponibilité en eau et en terres.

    L'ambition de la nouvelle édition de Mediterra est ainsi de présenter cette problématique du gaspillage avec trois objectifs: mieux gérer les ressources naturelles ; réduire les pertes agricoles et les gâchis alimentaires ; adapter les connaissances et les savoir-faire à la production agricole.

  • L'indépendance des banques centrales, qui s'est imposée durant le dernier quart du xxe siècle dans la plupart des pays occidentaux, a été longue à se concrétiser au Royaume-Uni. L'un des plus anciens et prestigieux instituts d'émission du monde, la Banque d'Angleterre, ne s'est vu reconnaître qu'en 1997 le droit de mener la politique monétaire à l'abri des ingérences ouvernementales. Privilégier la lutte contre l'inflation plutôt que celle contre le chômage n'allait pas de soi dans la mère-patrie du keynésianisme.
    Plus difficile encore était de s'en prendre au "modèle de Westminster" , fondé sur la suprématie du Parlement, et de confier à une agence de technocrates non élus un levier clé de la politique économique. Sylviane de Saint Seine a observé de près ce cheminement, ponctué d'expérimentations et de spectaculaires volte-face, vers l'une des réformes institutionnelles les plus importantes de l'après-guerre au Royaume-Uni.
    Au travers de la transformation de la "vieille dame de Threadneedle Street" , elle fait revivre l'aggiornamento qu'a connu le système politique et économique britannique, avec ses acteurs, ses temps forts, son arrière-plan intellectuel. Elle révèle aussi les influences étrangères - en particulier celle d'Alan Greenspan et de la Federal Reserve américaine - qui se sont alors exercées sur le personnel politique britannique.

  • Les Chiffres clés de la culture et de la communication présentent une analyse complète et transversale du champ de la culture à travers 32 fiches contextualisées livrant et commentant les dernières données disponibles par secteur.

  • Revue francaise de science politique t71-1 Nouv.

    Faire de la politique et/ou vivre de la politique? Cette problématique aux accents wébériens a fait l'objet de nombreux développements depuis l'émergence historique d'une professionnalisation de l'activité politique. En revenant à nouveaux frais sur une question classique de la discipline, l'indemnisation des élus, ce numéro entend contribuer au débat public sur les fondements financiers des démocraties contemporaines. Une chronique bibliographique consacrée au genre en politique complète cette premièrelivraison de l'année.

  • La Revue économique rend hommage à David Schmeidler à l'occasion de ses 80 ans. Ce numéro spécial, qui lui est entièrement consacré, montre dans une perspective historique l'efficacité, tant théorique qu'appliquée, des concepts et modèles qu'il a introduits en microéconomie depuis les années 1970 (le nucleolus, le modèle multiple prior, celui d'utilité espérée avec probabilités non additives et la case-based decision theory).
    Leur fécondité d'un point de vue instrumental est illustrée à travers la présentation de certains de leurs prolongements théoriques récents.

empty