Editions De L'aube

  • L'aventurière Sarah Marquis déclare qu'en marchant, on « se découvre courageux », le sociologue David Le Breton pense que la marche est souvent guérison... Pratique sportive ou spirituelle, touristique ou thérapeutique, la marche retrouve aujourd'hui ses lettres de noblesse. Pourquoi marche-t-on ? Qu'y cherche-t-on ?
    Échappatoire au monde de la vitesse et à la modernité, la marche pousse aussi bien à se dépasser physiquement qu'à entreprendre un chemin spirituel.
    « Puissance réorganisatrice » ou façon de « tenir debout », « interstice » de « liberté » dans un monde privé d'imprévu... Les auteurs de cet ouvrage réflexif et réjouissant dirigé par Nicolas Truong nous exposent le sens de « leur » marche ou de notre façon de marcher.

  • "Nous avons voulu cerner au plus près la nature de l'héritage du gaullisme, son aspect composite fait de la rencontre d'un homme avec l'Histoire autant qu'avec un pays et un peuple, au point de paraître les personnifier dans une geste inégalée. N'a-t-on pas entendu, au début du mouvement des Gilets jaunes, des voix réclamer un général à l'Élysée - le général de Villiers ; l'époque a les ambitions qu'elle peut -, quand, cinquante ans plus tôt, d'autres voix, plus jeunes, voulaient chasser du pouvoir un général d'une autre trempe ? Une autre question se pose : qui aujourd'hui porte l'idée de rassemblement, de compagnonnage transcendant les partis, d'un intérêt général peu compatible avec l'esprit de boutique ?" Éric Fottorino

  • "Ce que Simone de Beauvoir a offert aux femmes, c'est un modèle non pas de victime, mais de conquérante.
    Ça leur a donné une force incroyable."

  • Dans cet échange à bâtons rompus animé par le journaliste Soro Solo (France Inter), plusieurs personnalités réagissent à cette affirmation : "Le seul progrès qui vaille, c'est l'accès au bonheur." Qu'est-ce que le bonheur ? Qu'est-ce que l'accès au bonheur ?
    Faut-il nécessairement le vouloir ? En quoi la culture influence-t-elle le bonheur ou, plutôt, le fait de se considérer comme heureux ? Et la joie, là-dedans ? La jouissance, le désir ? Le bonheur est-il collectif, individuel, peut-il être les deux ? Quid des effets secondaires ?
    Ces points de vue se complètent admirablement pour nous livrer une très, très jolie leçon sur le bonheur.

  • Qu'on l'appelle Bonhomme Noël, Père Noël ou Santa Claus, il est celui qui apporte joie et cadeaux.
    Souvent distrait, parfois bougon, mais un avec un coeur immense, ce personnage tout de rouge vêtu est au centre de ce recueil. Sous la plume d'Alphonse Allais, de Louis Dantin, de Bret Harte ou encore d'O. Henry, de Thomas Nelson Page et de Pierre de Coubertin, il est le héros de ces contes de Noël tendres et pleins d'humour qui vous donneront envie de croire à son existence !

  • "Philip Roth était-il à lui seul un Complot contre l'Amérique ? Oui, assurément, si on accepte que la littérature soit ce cocktail explosif de mots qui vous saute à la figure et fait trembler tout un pays et ses élites bien-pensantes en même temps que les lignes de la page. La bêtise à front bas, les hypocrisies sociales, le politiquement correct, le rêve américain qu'il retournait comme un gant pour en révéler chaque déchirure : l'oeuvre romanesque de Philip Roth peut être lue comme une entreprise politique, à condition, comme nous le dit François Busnel, de relier l'intime et le politique. (...) Élucider le réel avec les armes de la fiction, ce fut son combat en trente et un rounds. Chacun de ses livres fut une lutte contre lui-même et contre les démons de l'Amérique." Éric Fottorino

  • Qu'est-ce qu'un fait ? Qu'est-ce qui distingue un fait scientifique d'une opinion, d'une croyance, d'une rumeur ? Dans une époque marquée par l'émergence des théories du complot et la place prise par les fakenews, ce livre collectif, dirigé par la Fondation Jean- Jaurès et le Muséum national d'histoire naturelle, a l'ambition de défendre les lumières et la science afin de combattre l'ère de la « post vérité », mortifère pour la bonne santé de nos démocraties.
    Des spécialistes mettent en lumière les convergences des méthodes de travail dans les différentes disciplines, et rendent de nouveau attractifs des éléments comme « la preuve », « le savoir », « la recherche », « la démonstration ». Un livre, en somme, pour retrouver le chemin de la confiance entre les « experts » et le reste de la population, et redonner de la force à notre démocratie héritière du siècle des Lumières.

  • Cet essai politique à plusieurs voix convergentes tente de reposer les fondations d'une « gauche du réel » qui s'attacherait aussi à porter haut des valeurs et des idéaux.

    La gauche traverse aujourd'hui une crise existentielle. L'ouvrage collectif La gauche du réel - pour une refondation idéologique du progressisme rassemble des contributions individuelles représentant une diversité d'opinions, d'approches et de thèmes, autour de deux convictions communes : la nécessité que continue à exister, en France et en Europe, une gauche réformiste ou social-démocrate prête à gouverner; et l'importance que ce courant se dote, pour convaincre à nouveau et réussir une fois au pouvoir, d'une assise idéologique solide.

  • Qu'est-ce qu'être fragile aujourd'hui ? La fragilité physique semble, a priori, mieux maîtrisée au fur et à mesure que progresse la médecine. Mais d'autres fragilités demeurent prégnantes et même s'accroissent.
    La solitude, l'exclusion, l'absence de considération, la marginalisation constituent une réalité de notre époque.
    L'individualisme, de nouvelles formes de peur, le rejet des différences, l'obligation de réussir coûte que coûte, et puis la doctrine de la perfection, participent à ce que la fragilité soit en premier lieu jugée comme un fardeau.
    Prendre conscience de sa fragilité, accepter sa fragilité, faire reconnaître sa fragilité : il est sans doute en effet d'autant plus difficile d'y parvenir à une époque où gagner, conquérir, posséder, dépasser constituent le vocable dominant.

  • Les polémiques et les débats n'en finissent plus autour de la conception de la laïcité, atteignant leur paroxysme à l'été 2016 autour du burkini. Posée depuis les origines républicaines comme une forme supérieure de lien social, au service de l'émancipation, de la formation d'un esprit critique et de la promotion de valeurs universelles et neutres, la laïcité procède aujourd'hui d'une nostalgie collective de réaction manifestant une forme identitaire majoritaire qui ne pense pas les identités minorées. L'objet de cet ouvrage est de faire entendre la voix d'intellectuels de renom pour crier halte au politiquement correct et pour déconstruire l'instrumentalisation de la laïcité, porteuse de rejet et d'exclusion, destructrice de vivre ensemble.

  • Cet ouvrage préfacé par Pierre Rabhi rassemble de longs entretiens de Denis Lafay avec des intellectuels appelés à explorer les voies d'une humanité intègre, entrepreneuriale, éthique, solidaire, juste, innovante et responsable au travers d'une double expérience de vie : personnelle et professionnelle. Ces personnalités sont dans leurs combats, leurs convictions, leurs espérances. L'ensemble produit bien davantage qu'une somme de savoirs ou d'expertises : l'exhortation, pour chaque lecteur, à se sentir pour ensuite être davantage humain, davantage innovant, davantage exigeant, et ainsi mieux décider pour lui-même et pour les autres, c'est-à-dire choisir, arbitrer, progresser de manière autonome, offensive, altruiste. Et responsable.

  • Comment d'ici quinze à vingt ans les relations s'établissant entre les humains permettront-elles de remplacer l'exploitation actuelle des ressources de la terre ? Comment redéfinir ce que sera alors le système économique et financier ? Quel est l'avenir du système social ? Comment assurer la sécurité de tous ? C'est sur ces thèmes que les cinq auteurs ont débattu à bâtons rompus pour nous livrer ce petit manifeste.
    Ils ont souhaité présenter une opinion raisonnée, tant sur le présent que sur la destinée singulière de l'espèce humaine. Ils appellent à une plus grande conscience de ce que chacun doit viser, à la fois pour lui-même et pour tous les autres - ses voisins, proches ou lointains. Un texte incisif, et mobilisateur.

  • Après Une époque formidable, Denis Lafay propose une nouvelle composition d'entretiens avec des personnalités de tous horizons, dans une urgence pour oeuvrer à une société apaisée, ouverte et innovante. Sorte de radiographie de la France, de l'Europe et de l'Occident politiques, économiques, sociaux, mais aussi spirituels, entrepreneuriaux, culturels, scientifiques, artistiques et philosophiques, cet ouvrage est préfacé par Edgar Morin qui nous y appelle à initier la "réforme intellectuelle et morale" nécessaire à l'accomplissement d'une humanité renouvelée, d'une "nouvelle civilisation".

  • Trente et un penseurs, parmi lesquels Jacques Derrida, Françoise Héritier, Edgar Morin, Jean-Luc Nancy, Michel Onfray ou encore Jacques Rancière, pour comprendre les errements et les raisons d'espérer d'une planète convulsée. Dix-neuf entretiens et débats avec les intellectuels les plus engagés dans la réflexion sur le temps présent dressent un état des lieux des questions qui taraudent notre modernité. Issu du Théâtre des idées, cycle de rencontres intellectuelles du Festival d'Avignon (2004-2012), ces dialogues singuliers s'attachent à faire vivre l'esprit critique, cette faculté de juger, de soumettre la réalité sociale, artistique ou politique au tamis du jugement argumenté, qu'il soit sérieux ou ironique, virulent ou tempéré. Des très actuelles "résistances intellectuelles" qui esquissent ce que pourrait être un service public des idées, c'est-à-dire un accès direct, libre et partagé à l'intellectualité.

  • Les questions de la vie et de la mort se sont considérablement renouvelées en quelques années, et
    nous pouvons penser que nous les maîtrisons sinon mieux, du moins autrement. La vie et la mort,
    désormais, sont prises en charge par la raison, qui introduit plus d'efficacité dans toutes les étapes
    de l'expérience humaine; elles n'en demeurent pas moins le lieu de l'émotion, et elles continuent
    de susciter toutes sortes d'interrogations. Fruit d'une rencontre de qualité exceptionnelle, ce livre
    s'organise autour de trois axes. Le premier renvoie aux tensions qui se jouent entre deux
    tendances opposées, l'une à la sécularisation de la mort, l'autre au retour du religieux, sous
    diverses formes. Le second axe confronte la façon dont la vie et la mort, notamment avec la
    médecine et les progrès de la science, se modernisent, d'un côté, tout en demeurant entourées de
    mystère et de passions ou de convictions. Enfin, un troisième axe oppose sur ces enjeux l'individu
    à l'Etat, le sujet singulier au système et aux structures.

  • Parler de la « crise » des banlieues suggère que nous ferions face à un problème provisoire dont il serait possible de venir à bout par un traitement adapté. Cette croyance française alimente une constante désillusion sur l'e cacité d'une politique de la ville inventée pour répondre à cette « crise ». La leçon des historiens est pourtant claire : les banlieues sont depuis longtemps aux marges de la ville, mais au coeur d'une question sociale, urbaine et politique en perpétuelle recomposition.
    Ce livre rappelle les tentatives menées ces dernières décennies et propose d'innover en s'inspirant des initiatives de di érents pays européens. Un essai documenté, novateur et original.

empty