Ctre Etudes Expertise Sur Les Risques L'environnement La Mobilite L'amenagement

  • Depuis une dizaine d'années, le projet urbain fait face à des mutations importantes qui bouleversent le paysage de l'aménagement.

    Que ce soit dans le cadre de projets labellisés ÉcoQuartiers par le ministère en charge du logement, ou de quartiers lauréats issus de démarches régionales et associatives ou encore d'écoquartiers autoproclamés, la production de la ville actuelle surfe sur la vague du développement durable. Mais au final, qu'y a-t-il de réellement nouveau ? Quelle différence y a-t-il entre une opération d'aménagement des années 70-80 et les projets urbains dit « durables » d'aujourd'hui ?

    Partout en France, le label Écoquartier valorise des opérations exemplaires, permettant aux habitants de vivre dans des quartiers conçus selon les principes du développement durable. Sans viser l'exhaustivité, le présent ouvrage ambitionne de mieux comprendre ce que sont réellement ces projets labellisés, aujourd'hui en grande partie réalisés et habités.

    À partir de l'analyse des 39 opérations labellisées ÉcoQuartiers en 2013, 2014 et 2015, et présentes dans la plupart des grandes régions françaises, cette publication réalisée par le Cerema vise à dépasser les idées préconçues et à faire évoluer les représentations collectives. Elle démontre qu'un EcoQuartier n'est pas un objet stéréotypé, mais une démarche qui permet un ensemble de réalisations adaptées à chaque contexte. Fortes de leur expérience, les équipes du Cerema se sont forgées un point de vue et une vision qui leur permettent aujourd'hui d'avoir la nécessaire prise de recul pour mettre en avant les enseignements des ÉcoQuartiers labellisés.

    En aucun cas, le présent document n'est une aide à la décision ou un guide de recommandations. Il propose simplement de porter un regard distancié sur les résultats des ÉcoQuartiers sortis de terre et démontre clairement que la démarche ÉcoQuartiers a porté ses fruits dans une pluralité de territoires.

  • Les zones d'activités économiques (ZAE) sont des espaces aménagés pour accueillir les entreprises. Cependant, de nombreux acteurs publics et privés s'interrogent actuellement sur les instruments d'observation qui permettent de repérer ces espaces, de suivre leurs évolutions économiques et urbaines et d'aménager de manière durable les nouvelles zones et celles qui doivent être requalifiées.

    La pluralité des dispositifs d'observation recensés par le Cerema et ses partenaires montrent que les enjeux de la transition écologique sont pris en compte inégalement par les opérateurs de ces dispositifs. Les maîtres d'ouvrage intègrent progressivement ces enjeux dans leurs attentes et les opérateurs adaptent, à leur tour, les méthodes et les sources d'observation nécessaires.

    Six dispositifs ont été étudiés et mettent en évidence des objectifs d'appui à l'élaboration de projets de planification, de promotion économique territoriale, de mobilisation collective et de quantification de l'offre foncière économique. Certaines pratiques choisissent de conforter ces objectifs et d'autres d'en développer de nouvelles en intégrant des critères qualitatifs d'évaluation des aménagements en ZAE, d'analyse des déplacements domicile - travail ou de repérage des friches industrielles.

  • Depuis le début des années 2000, à l'instar de nombreux pays, la récupération et l'utilisation de l'eau de pluie en provenance de toitures suscite un intérêt croissant en France.

    Désormais sortie de la marginalité, cette ressource permet de satisfaire des besoins en eau ne requérant pas une qualité d'eau potable. Des systèmes sont installés en ville, tant dans les maisons individuelles que dans les bâtiments collectifs. Néanmoins, le développement de l'utilisation des eaux de pluie s'opère sans lien fort avec la gestion des eaux pluviales. Pour favoriser plus de synergie, cet ouvrage propose aux collectivités, aménageurs et concepteurs de projet de porter un nouveau regard sur l'utilisation de l'eau de pluie à partir d'un panorama international.

    Dans quelle mesure la récupération et l'utilisation de l'eau de pluie contribuent-t-elles à la maîtrise du ruissellement urbain, tant à l'échelle du bâtiment qu'à celle de la ville ?

    Comment cette contribution est-elle susceptible d'être accrue par des leviers techniques ?

    Quels leviers institutionnels les collectivités territoriales peuvent-elles mobiliser pour la favoriser ?

    Telles sont les questions auxquelles cet ouvrage ambitionne d'apporter de premiers éléments de réponses pour favoriser un nouveau regard sur cette pratique.

  • Cet ouvrage vise à éclairer les collectivités et leurs partenaires sur les outils et stratégies de maîtrise des coûts d'aménagement induits par le foncier. Il référence les principaux leviers d'intervention : agir sur la valeur du foncier, différer l'acquisition du foncier, dissocier le foncier de l'immobilier, démembrer les droits de propriété.

    L'ouvrage se conclut sur des exemples de pratiques étrangères, sources d'inspiration pour développer de nouveaux dispositifs.

  • L'aménageur de l'espace public urbain dispose d'un grand nombre de matériaux, de finitions et de couleurs variées qui doivent lui permettre de répondre au mieux aux exigences grandissantes des maîtres d'ouvrage et des usagers en matière de durabilité, de sécurité, d'esthétique et d'environnement.

    Le but de cet ouvrage est de présenter toute la palette des matériaux disponibles et de donner aux maîtres d'oeuvre des outils pour faciliter leur adéquation avec les usages envisagés et le lieu où ils sont mis en place. Il présente les principaux critères qui entrent en considération dans le choix d'un revêtement. Il décrit, pour chaque type de revêtement, le domaine d'emploi, les caractéristiques du matériau, ses performances, les précautions de mise en oeuvre et les contraintes d'exploitation et d'entretien.

  • Les différentes formes d'autopartage (boucle, trace directe ou free floating) constituent un atout supplémentaire pour les politiques publiques de mobilité durable. En se référant aux pratiques existantes dans les pays voisins - notamment la Suisse et l'Allemagne - l'ouvrage souligne l'importance du potentiel de développement de ces offres ainsi que l'adhésion des populations quel que soit le type de territoire. De plus les pouvoirs publics ont exprimé leur intérêt à promouvoir et à faciliter l'autopartage lors des Assises de la Mobilité qui se sont tenues fin 2017.

    Cet ouvrage a pour ambition d'apporter à l'ensemble des acteurs concernés et plus particulièrement aux techniciens de collectivités des éléments permettant de mettre à profit les différentes formes d'autopartage afin de déployer les systèmes les plus adaptés aux politiques locales de mobilité. En effet, les enjeux diffèrent selon les acteurs (collectivités, employeurs, individus) et les territoires (métropoles, espaces ruraux...). Les formes d'autopartage décrites dans ce recueil sont mises en perspective vis-à-vis de ces enjeux et illustrées par des études de cas.

  • Dans le cadre du Grenelle Environnement, le Ministère de l'Écologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement amplifie son action en faveur de la ville durable, avec notamment le lancement de plusieurs appels à projets ÉcoQuartiers au niveau national. Ainsi de nombreuses villes se sont rapidement appropriées le concept d'ÉcoQuartier, favorisant l'émergence d'une nouvelle façon de concevoir la ville, qui intègre les principes de développement durable dans les projets d'aménagement urbain. Face au foisonnement d'initiatives et de projets urbains situés dans de grandes agglomérations, que se passe-t-il dans les petites communes situées en milieu rural ? La notion même d'ÉcoQuartier reste-t-elle pertinente à l'échelle d'une commune de moins de 2 000 habitants ? Comment se traduit alors le concept d'urbanisme durable dans les territoires ruraux ?
    La présente publication explore le champ de l'aménagement durable dans les petites communes, et met en exergue, en les analysant, des initiatives portées par des collectivités proactives. Poussées par un regain d'attractivité, ces communes affichent une volonté d'orienter leur devenir dans une stratégie de développement durable au même titre que les grandes collectivités. Ce recueil de retours d'expériences démontre que, au-delà de la simple opération d'aménagement, de nouvelles stratégies d'aménagement durable à l'échelle de la commune émergent sur ces territoires.

    L'ouvrage « Aménager durablement les petites communes » a l'ambition de sensibiliser et de guider les élus et les acteurs opérationnels vers des projets d'aménagement durable adaptés à leur territoire. Par la présentation détaillée de projets déjà réalisés en France, cet ouvrage ne cherche pas à proposer des modèles reproductibles, mais simplement à contribuer au soutien méthodologique nécessaire pour la mise en oeuvre d'une démarche singulière et adaptée au développement durable et harmonieux des territoires.

  • Aujourd'hui, plus que jamais, les collectivités doivent s'interroger sur l'intérêt d'une plus grande « maîtrise » du stationnement au regard des ambitions en termes de déplacements mais aussi des objectifs généraux assignés à l'espace public et à l'aménagement urbain.

    Connaître aussi précisément que possible l'offre existante, objectiver la demande et analyser le comportement des usagers est la base de toute stratégie en matière de stationnement. C'est à partir de ces éléments de diagnostic qu'on oriente la politique sur l'ensemble du territoire, en agissant sur l'offre, réglementation, la tarification et la surveillance du stationnement à mettre en place.

    Le présent ouvrage propose un panorama du stationnement public en France à partir de l'analyse des résultats de l'enquête Certu sur le stationnement public menée en 2010. Des compléments thématiques proposent une approche nouvelle du stationnement et mettent en avant des systèmes destinés à optimiser le stationnement. Deux chercheurs offrent un point de vue original sur le stationnement.

    Quatre grandes parties traitent de la place du stationnement au sein des politiques de mobilité, du rôle tenu par le stationnement sur voirie dans le partage de l'espace public, de l'évolution des parcs de stationnement confrontés à l'émergence de nouveaux usages, et des perspectives en matière de stationnement au regard de l'évolution de la ville et des modes de vie de ses habitants.

  • La méthode et les moyens qu'un maître d'ouvrage se donne pour réussir la programmation d'un projet de construction est la condition indispensable pour réussir le bâtiment lui-même. L'absence d'une démarche rigoureuse, transparente peut conduire à la réalisation d'un bâtiment qui s'avèrera au minimum insatisfaisant, voire parfois carrément inadapté et en tout état de cause un bâtiment opposé à la notion de développement durable. La démarche de programmation participe de manière fondamentale, à la mise en oeuvre d'une politique de développement durable dans les projets de construction, en progressant encore dans la qualité d'intervention des différents acteurs d'un projet comme sur la méthode de travail. Cet ouvrage vise donc plusieurs objectifs : le premier est de mettre à disposition des programmistes mais aussi des maîtres d'ouvrage un guide mais aussi de nombreux outils présentés sur le cédérom qui l'accompagne, issus de l'expérience accumulée par le Réseau Scientifique et Technique (RST) du MEEDDM (Ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de la Mer), et permettant aux acteurs de la maîtrise d'ouvrage d'être mieux armés pour intervenir sur l'ensemble des phases de la démarche , le second est de permettre la prise en compte effective des préoccupations de développement durable, depuis l'émergence du besoin lié à un projet de construction jusqu'à la mise en service des bâtiments et leur évaluation. À l'heure où chaque concitoyen prend davantage conscience de l'impérieuse nécessité d'aller vers un développement plus durable, cet ouvrage ambitionne de donner à ce concept de « bâtiment durable », abondamment traité aujourd'hui dans toutes les publications, colloques et séminaires qui s'intéressent à la construction, une traduction très concrète à chaque étape du processus d'élaboration d'un projet de construction.

  • Une enquête originale sur les pratiques règlementaires de nos villes a été menée par Interface Transport pour le compte du ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de la Mer. 50 villes métropolitaines ont été sollicitées, permettant de collecter 267 arrêtés municipaux. L'exploitation de ce matériau a permis, non seulement d'analyser la manière dont sont rédigés les arrêtés municipaux, mais également de réaliser un état de l'art sur les choix règlementaires : paramètres et seuils retenus, type de règlementation, territoire visé.
    Il en ressort que les règlementations communales se présentent bien souvent comme une accumulation d'arrêtés répondant à des besoins ponctuels et spécifiques, où la cohérence n'est pas toujours évidente avec les décisions antérieures ni avec celles des collectivités limitrophes. En contrepartie ces textes manifestent un solide bon sens et un grand pragmatisme. Le présent document a comme ambition d'aider les collectivités dans l'harmonisation des règlementations, en balisant le chemin à suivre. Les préconisations qui y figurent renvoient à la prescription de mise en cohérence des arrêtés à l'échelle de l'agglomération prévue dans le cadre de l'élaboration des plans de déplacements urbains (PDU).

  • L'aire de livraison est l'outil de logistique urbaine le plus répandu dans les villes. Elle est un élément stratégique de l'approvisionnement des activités économiques, en particulier de celles situées en centre-ville. Pourtant, force est de constater que celles-ci sont souvent implantées selon une logique peu lisible , elles sont même parfois inadaptées aux pratiques des conducteurs livreurs ou au gabarit de leur véhicule.
    Après avoir présenté le système du transport de marchandises en ville et la place de l'aire de livraison dans celui-ci, l'ouvrage décrit leur encadrement réglementaire et les pratiques observées dans les villes. Il expose ensuite une méthode simple pour quantifier l'offre nécessaire dans une rue et bien la localiser. Enfin, il préconise des modalités pratiques d'aménagement de ces emplacements dans une démarche d'accessibilité et de partage de la voirie. Le technicien municipal y trouvera donc un outil de travail au quotidien pour répondre de façon rationnelle aux interrogations et sollicitations que suscite ce sujet.

  • Les plans de déplacements urbains (PDU) ont été créés en 1982 par la loi d'orientation des transports intérieurs (LOTI) mais ont connu, depuis, de nombreuses évolutions législatives jusqu'à la loi dite « Grenelle II » de 2010. Cet ouvrage a vocation à présenter de façon exhaustive le cadre juridique s'appliquant aujourd'hui au contenu et à la procédure du PDU, puis à guider les acteurs dans les différentes étapes de son élaboration, du démarrage à la mise en oeuvre et à l'évaluation.

    Pour cela, il s'appuie notamment sur l'analyse de 16 décisions de la juridiction administrative, qui s'est prononcée sur des recours portant sur 12 PDU.

    Il s'adresse aux professionnels des transports et de l'urbanisme, notamment les acteurs associés de façon directe ou indirecte à l'élaboration des PDU : autorités organisatrices des transports urbains, départements, régions, services déconcentrés de l'État, bureaux d'études et représentants de la société civile et économique.

  • La modération de la vitesse en ville est une nécessité tant pour la sécurité routière que pour la qualité de vie et la convivialité. L'aménageur doit évidemment convaincre mais aussi parfois contraindre les usagers motorisés à ajuster leur vitesse en fonction des conditions rencontrées. Le guide des chicanes et écluses sur voiries urbaines donne les caractéristiques techniques et les domaines d'utilisation de ces outils d'aménagement. Correctement implantées, dimensionnées et signalées, les chicanes et écluses obligent les conducteurs à respecter la vitesse réglementaire, sans causer de gêne excessive à ceux qui la respectent déjà. Ce guide s'adresse aux aménageurs de voirie et devrait les aider à juger de l'opportunité d'utiliser de tels aménagements, qui ne sont pas les seuls permettant de modérer les vitesses. Il vient en aval de guides généraux portant sur une démarche plus globale d'étude d'aménagement, tels que par exemple les guides Le profil en travers, outil de partage des voiries urbaines ou l'aménagement d'une traversée d'agglomération, une démarche de projet.

  • Coordonner les services de transports organisés par les différentes autorités organisatrices est indispensable pour accroître l'attractivité globale de l'offre alternative à la voiture individuelle. Cette coopération peut prendre différentes formes : contacts informels, conventions entre collectivités, création d'une structure. Parmi les formes de coopération institutionnalisée, une des plus ambitieuses est certainement le syndicat mixte de transport, dit SRU, créé par la loi Solidarité et Renouvellement Urbains du 13 décembre 2000. Après un rappel du cadre juridique, cet ouvrage réalise une analyse détaillée des mécanismes de création, des actions et du mode de fonctionnement des syndicats mixtes SRU existant en 2012. Cette analyse se base sur des entretiens auprès des différents acteurs impliqués. Cet ouvrage s'adresse aux professionnels de la mobilité, notamment les différentes autorités organisatrices de transports, qu'elles soient urbaines, départementales ou régionales. Il intéressera aussi tous les acteurs concernés par l'intermodalité : bureaux d'études, services déconcentrés de l'État, universitaires et représentants de la société civile et économique.

  • En France, plus de 67% des milieux humides ont disparu depuis le début du XXe siècle. En provoquant fragmentation, pollution et drainage des sols, l'urbanisation contribue à cette disparition. Pourtant, ces espaces représentent de précieux réservoirs de biodiversité. En outre, ils contribuent à épurer les eaux de ruissellement, à réguler les débits hydrauliques et constituent un lieu propice au développement culturel. Des collectivités ont pris conscience de la diversité des services que peuvent fournir les milieux humides. Aussi, elles se sont pleinement engagées dans leur valorisation, restauration, voire dans des projets de création de nouveaux milieux. Réparties sur l'ensemble du territoire français, ces actions apportent des réponses opérationnelles et pragmatiques aux enjeux de plusieurs politiques publiques (gestion des eaux pluviales, protection contre les inondations, préservation des espèces menacées, création de trame verte et bleue) Réhabilitation d'un milieu humide asséché en vue de la gestion des eaux pluviales, préservation au travers des documents d'urbanisme, création d'un parc urbain autour des milieux humides sont autant de sujets développés dans le présent ouvrage. Les dix projets présentés mettent en lumière la multiplicité des solutions possibles pour préserver et valoriser les milieux humides. Ils sont ici décrits dans leur ensemble : contexte, gouvernance, durée de réalisation, modalités de mise en oeuvre. L'accent est porté sur les points forts des projets et leur intégration réussie dans l'aménagement urbain. Le développement de nouvelles réalisations est une condition nécessaire dans les années futures afin de favoriser et garantir la préservation des milieux humides en territoire urbain.

  • Souvent associée à un monde de l'entre-soi, des territoires tout voiture, ou encore des consommations foncières excessives, la maison individuelle n'a pas bonne presse, apparaissant parfois même comme l'antipode du modèle urbain durable. Doit-on pour autant tourner le dos à cette production de masse quand la maison représente entre 50 % et 65 % de la construction neuve depuis presque quarante ans ? Plutôt que d'alimenter la critique, cet ouvrage engage une démarche pédagogique afin de mieux comprendre les tenants et aboutissants du développement pavillonnaire : l'impact territorial de la construction de maisons, ses mécanismes réglementaires, ses logiques d'acteurs, ou encore sa place dans le marché du logement. Il s'intéresse plus particulièrement aux opérateurs privés que sont aménageurs, promoteurs ou constructeurs, qui sont aujourd'hui les acteurs principaux de cette urbanisation par la maison individuelle. Sans chercher à remettre en cause le modèle même de la maison, qui présente pour bien des Français une solution de logement intéressante, cette publication met en exergue les avancées possibles pour intégrer davantage de qualité urbaine à l'échelle des projets d'aménagement. L'analyse de dix opérations d'habitat individuel mises en oeuvre par des opérateurs privés montre notamment en quoi les pratiques de ces professionnels sont aujourd'hui susceptibles d'évoluer vers des démarches plus intégrées, conciliant une meilleure contextualisation des projets, une maîtrise des coûts de sortie et une déclinaison opérationnelle d'objectifs d'aménagement durable.

  • Prévoir le fonctionnement d'un nouveau carrefour, quantifier l'impact d'un tramway sur la circulation ou anticiper les conséquences d'un grand concert sur les voies desservant la salle de spectacle : les applications de la simulation dynamique du trafic sont multiples et variées.

    Cet outil d'aide à la décision a depuis longtemps débordé du cadre des laboratoires de recherche pour devenir un maillon essentiel de l'évaluation des aménagements, des infrastructures ou de la gestion du trafic. Destiné à un public technique, cet ouvrage fournit les éléments nécessaires à la réalisation d'une étude de simulation dynamique dans les meilleures règles de l'art en complément des manuels d'utilisations des logiciels.

    Il comprend ainsi une liste de questions préalables sur la pertinence et la faisabilité de la simulation dynamique, un descriptif détaillé du processus de réalisation d'une étude et une liste de réponses à des points méthodologiques particuliers.

  • Cet ouvrage regroupe sept retours d'expériences françaises (Lyon (3), Villeurbanne, Montpellier, Strasbourg, Saint-Ouen) illustrant l'intérêt d'impliquer les citoyens dans les projets d'intégration de la nature en ville, et propose quelques enseignements issus de ces démarches.

    Leur analyse montre une grande diversité de moyens pour impliquer les citoyens. En effet, les démarches peuvent être descendantes lorsque c'est la collectivité qui les sollicite, ou ascendantes lorsque ce sont eux qui se mobilisent pour promouvoir des projets de nature sur l'espace public. Elles peuvent être facultatives ou bien obligatoires au regard du Code de l'urbanisme, se situer en amont ou en aval d'une décision, etc.
    Dans tous les cas, ces pratiques impliquent une circulation de l'information entre le maître d'ouvrage, les partenaires et le public.

    En se basant sur l'hypothèse que l'implication citoyenne sur les espaces publics de nature contribue à une meilleure cohabitation des citadins et de la nature, les enseignements proposés dans le cadre de cet ouvrage ont pour vocation d'aider les maîtres d'ouvrage et aménageurs à faciliter les conditions d'appropriation et de compréhension des aménagements en faveur de la nature en ville.

  • Nous avons eu l'opportunité de trouver à Saint-Étienne en 2010 un interstice au coeur de la ville en chantier propice à l'expérimentation.
    À travers nos tests et projets, nous avons questionné les transformations urbaines et les politiques publiques associées, en connivence avec de nombreux acteurs des institutions publiques qui cherchaient eux aussi de nouveaux instruments et cadres d'action. Nous avons créé une dynamique collaborative mettant en mouvement habitants, institutions, entreprises, associations, commerçants, chercheurs autour de l'espace public.
    Ce récit d'expérience recompose l'histoire de cette épopée.

  • Dès la loi sur l'air et l'utilisation rationnelle de l'énergie de 1996, les modes actifs - marche et vélo - ont été identifiés comme des thèmes essentiels pour les plans de déplacements urbains (PDU). Leur pertinence en milieu urbain, leurs vertus sanitaires et environnementales et leurs faibles coûts les placent en effet au coeur de la politique de déplacement.

    Cet ouvrage a vocation à présenter les possibilités d'intégration des modes actifs à la démarche de PDU. Il s'appuie sur les retours d'expérience de cinq autorités organisatrices de la mobilité, de tailles et de profils variés, pour illustrer concrètement la palette des actions en faveur de la marche et du vélo : évolution des infrastructures, management de la mobilité, développement de services, intégration intermodale, synergies entre mobilité et urbanisme...

    Il s'adresse aux professionnels des transports, notamment les acteurs associés directement ou non à l'élaboration des PDU : autorités organisatrices de la mobilité, gestionnaires de voirie, services déconcentrés de l'État, bureaux d'études, agences d'urbanisme et représentants de la société civile.

  • De nombreuses communes ont à faire face au développement de leurs périphéries au détriment des coeurs de bourg qui se dévitalisent. Face à ce constat, la prise de conscience est unanime, il y a fondamentalement un besoin de se réapproprier les espaces publics des centres-bourgs au profit de l'ensemble des usagers. Améliorer le cadre de vie des habitants, préserver des centres animés, développer l'attractivité et susciter de nouveaux usages..., sont autant d'enjeux pour que les élus interviennent intelligemment sur les espaces centraux de leurs communes.

    Le présent ouvrage ambitionne de démontrer que l'aménagement des espaces publics est une formidable opportunité d'agir, pour retrouver ou révéler un cadre de vie attractif et valorisant pour l'image de la commune. À travers de nombreux exemples d'aménagement d'espaces publics réalisés et éprouvés, cette publication aspire à sensibiliser et donner envie aux élus et techniciens des petites communes de s'intéresser à ces lieux et de les comprendre avant d'intervenir. Dépasser les seules préoccupations techniques et fonctionnelles permettra d'imaginer des espaces publics de qualité au profit de tous les usagers.

  • Comment répondre aux défis posés aux villes par les migrations ? Quelles solutions architecturales et urbaines proposer quand les manières actuelles de fabriquer la ville semblent ne pas savoir répondre aux problématiques de l'accueil, pour tous les « indésirables » des villes : Migrants, SDFs, Roms...?

    La Ville Accueillante est un projet de recherche-pédagogie-action qui s'est mis en place à partir de l'expérience de Grande-Synthe entre 2015 et 2017, quand la Mairie, Médecins Sans Frontières et de nombreuses associations ont tenté de mettre en place une réponse coordonnée à cette crise de l'accueil.

  • Quels sont les principaux leviers d'actions pour lutter contre l'insécurité routière au niveau local ? Comment fédérer les acteurs autour d'une politique locale de sécurité routière ? Concrètement, comment est-il possible de mettre en oeuvre des actions locales de sécurité routière lorsque les ressources humaines et financières à disposition d'une collectivité territoriale sont limitées ?

    Le présent ouvrage s'adresse aux maires et aux présidents d'intercommunalité qui sont régulièrement confrontés à ces questions et qui souhaitent s'organiser localement pour participer à la lutte contre l'insécurité routière. Ainsi, le guide propose et détaille 8 leviers d'actions essentiels à disposition des élus pour mettre en oeuvre des actions de sécurité routière locales concrètes et efficaces. Il répond également aux principales interrogations sur la sécurité routière en milieu urbain et fournit les repères et contacts indispensables à la réussite de ces actions.

  • La billettique permet d'améliorer et de simplifier l'expérience client des voyageurs dans les transports collectifs.

    L'écosystème de ce domaine se complexifie aujourd'hui sensiblement avec l'arrivée de nouvelles technologies sur le marché. Parallèlement, de nouveaux territoires souhaitent s'équiper, dans un contexte réglementaire qui a évolué pour les collectivités.

    Le présent ouvrage constitue un outil d'accompagnement pour l'élaboration d'un projet de billettique.

    Il présente, de façon pédagogique, les principaux enjeux liés au domaine de la billettique et les fonctionnalités de ce type de systèmes. Puis l'ouvrage fournit un panorama complet des différentes solutions billettiques, avec, pour chacune d'entre elles : leur description technique, leur domaine de pertinence et une proposition synthétique de bonnes pratiques quant à leur usage, dans le but d'obtenir la meilleure adéquation possible entre les besoins de la collectivité et la technologie choisie. Enfin, divers recommandations sont formulées concernant la façon de mener son projet de billettique, la problématique particulière de l'interopérabilité des systèmes, l'architecture des systèmes, et la question du respect de la vie privée. En fin d'ouvrage sont regroupées plusieurs fiches synthétiques et opérationnelles, qui constituent un outil d'aide à la rédaction des cahiers des charges.

    Le lecteur, qu'il soit peu familier des technologies de la billettique, ou bien qu'il soit en recherche d'informations précises sur la pertinence des différentes solutions technologiques, trouvera dans cet ouvrage les informations et les clés de compréhension lui permettant de mener son projet en effectuant les choix les plus efficients en matière de billettique.

    Intérêts et points forts de l'ouvrage :
    - Les informations et les clés de compréhension pour réussir un projet de billettique.
    - Les panoramas des offres et des technologies disponibles.
    - Des recommandations pour la rédaction des cahiers des charges.

empty