Castor Astral

  • Le désir en nous comme un défi au monde ; 92 poètes d'aujourd'hui Nouv.

    Le désir en nous comme un défi au monde se veut un témoin de l'éclectisme de la création poétique actuelle. Ici, aucun courant poétique ni aucune doctrine littéraire ne font la loi.

    Adonis ; Olivier Barbarant ; Linda Maria Baros ; Joël Bastard ; Claude Beausoleil ; Tahar Ben Jelloun ; Zoé Besmond De Senneville ; Zéno Bianu ; Carole Bijou ; Alexandre Bonnet-Terrile ; Alain Borer ; Katia Bouchoueva ; Nicole Brossard ; Tom Buron ; Tristan Cabral ; Cali ; Rémi Checchetto ; William Cliff ; François De Cornière ; Cécile Coulon ; Charlélie Couture ; Laetitia Cuvelier ; Seyhmus Dagtekin ; Jacques Darras ; René Depestre ; Thomas Deslogis ; Ariane Dreyfus ; Michèle Finck ; Brigitte Fontaine ; Albane Gellé ; Guy Goffette ; Cécile Guivarch ; Cécile A. Holdban ; Philippe Jaffeux ; Maude Joiret ; Charles Juliet ; Vénus Khoury-Ghata ; Anise Koltz ; Petr Kral ; Abdellatif Laâbi ; Hélène Lanscotte ; Jean Le Boël ; Yvon Le Men ; Perrine Le Querrec ; Jérôme Leroy ; Sophie Loizeau ; Lisette Lombé ; Mathias Malzieu ; Guillaume Marie ; Sophie Martin ; Jean-Yves Masson ; Edouard J. Maunick ; Marie Modiano ; Marcel Moreau ; Emmanuel Moses ; Anne Mulpas ; Bernard Noël ; Carl Norac ; Serge Pey ; Paola Pigani ; Eric Poindron ; Joseph Ponthus ; Jean Portante ; Jean-Luc Raharimanana ; Suzanne Rault-Balet ; Florentine Rey ; Zachary Richard ; Jacques Roubaud ; Valérie Rouzeau ; James Sacré ; Florence Saint-Roch ; Eric Sarner Eugène Savitzkaya ; Jean-Pierre Siméon ; Jean-Luc Steinmetz ; Frédéric Jacques Temple Mila Tisserant ; Milène Tournier ; André Velter ; Laurence Vielle ; Yolande Villemaire ; Thomas Vinau ; Pierre Vinclair ; Sanda Voica.

  • De´die´e aux regrette´s Michel Baglin, Marie-Claire Bancquart et Antoine Emaz disparus en 2019, cette anthologie rassemble plus de soixante-dix poe`tes francophones contemporains autour du the`me du Courage.

    Nous, avec le poe`me comme seul courage, se veut un te´moin de l'e´clectisme de la cre´ation poe´tique actuelle. Ici, aucun courant poe´tique ni aucune doctrine litte´raire ne font la loi.

    C'est la curiosite´ et la diversite´ qui l'emportent sur le dogme.


    Les auteurs :
    Jose´ Acquelin, Adonis, Laurent Albarracin, Guy Allix, Michel Baglin, Marie-Claire Bancquart, Olivier Barbarant, Linda Maria Baros, Rim Battal, Tahar Ben Jelloun, Ze´no Bianu, Daniel Biga, Ismaël Billy, Claudine Bohi, Isabelle Bonat-Luciani, Alexandre Bonnet-Terrile, Nicole Brossard, Tom Buron, Caliciuri dit Cali, Laure Cambau, Jean-Pierre Chambon, Franc¸ois de Cornie`re, Ce´cile Coulon, Fabienne Courtade, CharlE´lie Couture, Seyhmus Dagtekin, Jacques Darras, Se´verine Daucourt, Michel Deguy, Patrice Delbourg, Saleh Diab, Kim Dore´, Ariane Dreyfus, Sylvie Durbec, Antoine E´maz, Marie E´tienne, Daniel Fano, Marc Feld, Michelle Finck, Jean Marc Flahaut, Brigitte Fontaine, Violaine Forest, Laurent Gaude´, Albane Gelle´, Jean-Louis Giovannoni, Guy Goffette, Cécile Guivarch, Franc¸ois Heusbourg, Ce´cile A. Holdban, Charles Juliet, Natasha Kanape´ Fontaine, Ve´nus Khoury-Ghata, Abdellatif Laa^bi, Me´lanie Leblanc, Yves Leclair, Yvon Le Men, Ce´dric Le Penven, Anne Lorho, Sophie G. Lucas, Philippe Mac Leod, Aksninia Mihaylova, Marie Modiano, Emmanuel Moses, Antoine Mouton, Carl Norac, Lydia Padellec, Serge Pey, E´ric Poindron, Joseph Ponthus, Jean-Franc¸ois Poupart, Florentine Rey, Vale´rie Rouzeau, James Sacre´, Florence Saint-Roch, Sapho, E´ric Sarner, Chloe´ Savoie-Bernard, Jean-Pierre Sime´on, Jean-Luc Steinmetz, Fre´de´ric Jacques Temple, Andre´ Velter, Laurence Vielle, Thomas Vinau, Pierre Vinclair.

  • De´die´e au regrette´ Franck Venaille (1936-2018), cette anthologie rassemble cinquante poe`tes francophones contemporains autour de le the`me de la Beaute´.

    Empruntant un vers d'un poe`me de Ge´rard Cartier (Les Me´tamorphoses, Le Castor Astral), Pour avoir vu un soir la beaute´ passer se veut un te´moin de l'e´clectisme de la cre´ation poe´tique actuelle. Ici, aucun courant poe´tique ni aucune doctrine litte´raire ne font la loi.

    C'est la curiosite´ qui l'emporte sur le dogme.

    Les auteurs : Marc Alyn, Michel Baglin, Linda Maria Baros, Claude Ber, Ze´no Bianu, Alexandre Bonnet-Terrile, Ge´rard Cartier, Bernard Chambaz, Francis Dannemark, Jacques Darras, Laure Cambau, Franc¸ois de Cornie`re, Ariane Dreyfus, Alexis Gloaguen, Hubert Haddad, Werner Lambersy, Yvon Le Men, Jean-Paul Michel, Bernard Noe¨l, Jean Portante, Bernard Pozier, James Sacre´, Nohad Salameh, Dominique Sampiero, Andre´ Velter, Marie-Claire Bancquart, Daniel Biga, Christian Bobin, Nicole Brossard, Franc¸ois Cheng, Ce´cile Coulon, Seyhmus Dagtekin, Patrice Delbourg, Dominique Fabre, Guy Go ette, Michel Houellebecq, Alejandro Jodorowsky, Abdellatif Laa^bi, Je´ro^me Leroy, Serge Pey, E´ric Poindron, Jacques Roubaud , Vale´rie Rouzeau, Jean-Pierre Sime´on, Jean-Luc Steinmetz, Jacques Vandenschrick, Franck Venaille, Thomas Vinau.

  • Cette anthologie bilingue est un panorama des divers courants qui ont agité le mouvement moderniste, non seulement de la poésie syrienne, mais de la poésie arabe dans son ensemble, du début du XXe siècle à nos jours. La Syrie, en tant que pays, est en train de disparaître. Mais la poésie n'est pas inscrite dans un temps ou un lieu. Elle n'est pas de circonstance. N'est-ce pas dans les oeuvres des poètes syriens, qui ont pris la poésie comme un dialogue incessant entre soi et le monde, que se dessine le visage de la Syrie ?

  • Georges Perec s'impose aujourd'hui de plus en plus comme un « contemporain capital », pour reprendre le mot de Malraux à propos de Gide. « Contemporain capital posthume », dans la mesure où la fortune de son oeuvre n'a cessé de croître depuis sa mort prématurée, en 1982. La Disparition est l'une de ses oeuvres les plus emblématiques. Elle marque une prouesse linguistique. Entièrement écrite sans la lettre « e », ce roman policier impressionne non seulement par la difficulté de sa contrainte mais aussi par ses recherches lexicales. La contrainte donne prétexte à la résurgence d'un vocabulaire original voire inconnu.
    13e volume des Cahiers Perec : revue de critique littéraire qui effectue des recherches sur l'oeuvre de Perec, ses filiations et ses prolongements. Elle est dirigée par l'association des Amis de Georges Perec dont Jean-Luc Joly est président.

    Avec : Maxime Decout - Yu Maeyama - Hermes Salceda- Maxime Decout - Shuichiro Shiotsuka - Jean-Luc Joly - Alison James - Marc Parayre - Gaspard Turin - Matthieu Rémy - Raoul Delemazure - Marc Parayre - Yû Maeyama - Maxime Decout - Yû Maeyama - Maxime Decout - Marcel Benabou.

  • Foisonnante, diverse, renouvelée, la littérature néerlandaise ne cesse d'étonner l'Europe depuis quelque temps ! Il était temps de montrer cela en ce qui concerne la poésie. Cette anthologie bilingue ne prétend pas édicter ce qui est poétique ou non. Elle se veut au contraire une ouverture sur un territoire passionnant de littérature, à quelques heures de la France. Publiée avec le soutien de l'Institut culturel néerlandais, cette anthologie - comptant vingt-trois écrivains contemporains et six traducteurs différents - témoigne de la vitalité et de la force d'une scène littéraire trop méconnue en France.

    Les Poètes :
    Benno Barnard - Simone Atangana Bekono - Anneke Brassinga - Ellen Deckwitz - Arjen Duinker - Radna Fabias - Ingmar Heytze - René Huigen - Astrid Lampa - Erik Lindner - Lieke Marsman - K. Michel - Tonus Oosterhoff - Hagar Peeters - Ester Naomi Perquin - Ilja Leonard Pfeijffer - René Puthaar - Marieke Lucas Rijneveld - Alexis de Roode - Alfred Schaffer - Mustafa Stitou - Anne Vegter - Nachoem Wijnberg.

    Les Traducteurs :
    Bertrand Abraham - Kim Andringa - Daniel Cunin - Pierre-Marie - Finkelstein - Paul Gellings - René Puthaar.

  • Petite encyclopédie portative, l'ouvrage que vous venez de prendre en main représente la manière la plus inattendue et probablement la plus efficace de comprendre ce que la Région de Bruxelles-Capitale a de si particulier, elle qui est aussi une ville, dix-neuf communes (qui sont elles-mêmes des villes), la capitale de l'Etat belge et la capitale de l'Europe. Pas de longs discours, pas d'analyses, mais de brèves histoires, des anecdotes, des fragments, des résumés, des exemples... Si les thèmes abordés le sont parfois avec légèreté et toujours en peu de mots, c'est peut-être parce que l'humour et les paradoxes font partie de la culture bruxelloise, fondée sur une règle qui ne date pas d'hier : " A Bruxelles, personne n'a jamais raison tout seul.". Les Miscellanées bruxelloises : un patchwork, une mosaïque, plus de 400 articles pour s'instruire en s'amusant.

  • Huit poètes allemands et français se sont retrouvés à Paris en mars 2017, après s'être rencontrés à Francfort en juin 2016, pour se traduire réciproquement.
    Jan Wagner, Marion Poschmann, Carolin Callies, Claude Adelen, Valérie Rouzeau, Gérard Cartier et Hélène Sanguinetti se sont traduits avec l'aide de Gabriele Wennemer et d'Alexandre Pateau.
    Une aventure poétique bilingue exceptionnelle à l'initiative de Michael Hohmann et Alain Lance.

  • La Bibliothèque Oulipienne est une publication régulière de l'Oulipo, sous forme de fascicules imprimés, dans son édition originale, à 150 exemplaires.
    Depuis 1975, Georges Perec, puis Paul Fournel, puis Jacques Jouet, puis Olivier Salon, aujourd'hui Frédéric Forte, se sont chargés successivement du travail éditorial de ces livrets qui entendent illustrer une contrainte oulipienne en général expli citée.
    163 numéros sont parus à ce jour.
    Certains sont signés individuellement d'un membre ou l'autre de l'Oulipo. D'autres témoignent d'un travail à deux ou trois auteurs. D'autres enfin sont sous la signature de l'Oulipo comme groupe.
    Il y a des poèmes, des proses narratives, des essais et réflexions, des pièces de théâtre, des textes d'érudition, des documents...
    La Bibliothèque Oulipienne a vu souvent la première apparition publique d'un texte devenu classique : Alphabets de Georges Perec ; La Princesse Hoppy de Jacques Roubaud ; Fondements de la littérature d'après David Hilbert de Raymond Queneau ; Comment j'ai écrit un de mes livres d'Italo Calvino...
    Rapidement épuisés, ces fascicules on fait l'objet de rééditions à l'identique dans des recueils de plus large diffusion : volumes 1, 2, 3 aux éditions Seghers (aujourd'hui épuisés), puis 4, 5, 6 et 7 aux éditions Le Castor Astral.
    Il est ici question du volume 8 (fascicules du n° 100 au n° 113).

  • La bibliothèque oulipienne est une publication régulière de l'oulipo, sous forme de fascicules, entre 20 et 40 pages, imprimés, dans son édition originale, à 150 exemplaires.
    Depuis 1975, georges perec, puis paul fournel, puis jacques jouet, puis olivier salon, aujourd'hui frédéric forte, se sont chargés successivement du travail éditorial de ces livrets qui entendent illustrer une contrainte oulipienne en général explicitée. cent soixante-trois numéros sont parus à ce jour. certains sont signés individuellement d'un membre ou l'autre de l'oulipo. d'autres témoignent d'un travail à deux ou trois auteurs.
    D'autres enfin sont sous la signature de l'oulipo comme groupe. il y a des poèmes, des proses narratives, des essais et réflexions, des pièces de théâtre, des textes d'érudition, des documents. la bibliothèque oulipienne a vu souvent la première apparition publique d'un texte devenu classique : alphabets de georges perec ; la princesse hoppy de jacques roubaud ; fondements de la littérature d'après david hilbert de raymond queneau ; comment j'ai écrit un de mes livres d'italo calvino.
    Rapidement épuisés, ces fascicules ont fait l'objet de rééditions à l'identique dans des recueils de plus large diffusion : volume i, ii, iii, aux éditions seghers, puis iv,v et vi aux éditions le castor astral. il est ici question du volume vii (fascicules du nâ° 86 au nâ° 99) et l'on trouvera des textes de walter henry (hétéronyme de paul braffort), marcel bénabou, jacques bens, claude berge, françois caradec, paul fournel, michelle grangaud, jacques jouet, hervé le tellier, harry mathews, oskar pastior, georges perec, pierre rosenstiehl et jacques roubaud.

  • La Bibliothèque Oulipienne est une publication régulière de l'Oulipo, sous forme de fascicules, entre 20 et 40 pages, imprimés, dans son édition originale, à 150 exemplaires.
    Depuis 1975, Georges Perec, puis Paul Fournel, puis Jacques Jouet, puis Olivier Salon, aujourd'hui Frédéric Forte, se sont chargés successivement du travail éditorial de ces livrets qui entendent illustrer une contrainte oulipienne en général explicitée.
    À ce jour, deux cent quatorze numéros sont parus.
    Certains sont signés individuellement d'un membre de l'Oulipo. D'autres témoignent d'un travail à deux ou trois auteurs. D'autres enfin sont sous la signature de l'Oulipo comme groupe.
    On y trouve des poèmes, des proses narratives, des essais et réflexions, des pièces de théâtre, des textes d'érudition, des documents...
    La Bibliothèque Oulipienne a vu souvent la première apparition publique d'un texte devenu classique : Alphabets de Georges Perec ; La Princesse Hoppy de Jacques Roubaud ; Fondements de la littérature d'après David Hilbert de Raymond Queneau ;
    Comment j'ai écrit un de mes livres d'Italo Calvino...
    Rapidement épuisés, ces fascicules ont fait l'objet de rééditions à l'identique dans des recueils de plus large diffusion : tomes 1, 2, 3, aux éditions Seghers, puis 4, 5, 6, 7 et 8 aux éditions Le Castor Astral.
    Dans ce volume 9 de la Bibliothèque Oulipienne, qui vient s'insérer, comme le volume 8, quelques volumes après le volume 5 et précéder de quelques autres le volume 12, on trouvera les fascicules 115 à 123 de la Bibliothèque Oulipienne, publiés entre 2001 et 2003.
    Oui, voici, enfin réunis neuf fascicules de la Bibliothèque Oulipienne, et non des moindres. D'ailleurs, nous vous l'avons déjà dit, il n'y a pas de moindre.

  • Avec la Bibliothèque Oulipienne, Raymond Queneau et Georges Perec avaient voulu mettre à la disposition des amis et amateurs de la contrainte certains textes des membres de l'Ouvroir qui proposeraient de nouvelles pistes de création, de récréation, ou de rumination.
    Ces tirages originaux, tirés à 150 exemplaires, sont trop rapidement épuisés. Aussi ces fascicules sont-ils régulièrement réunis en volumes. Celui-ci est le sixième. Il rassemble les fascicules 74 à 85 de la Bibliothèque Oulipienne. On trouvera ici des textes de Jacques Bens, Paul Braffort, Bernard Cerquiglini, Michelle Grangaud, Jacques Jouet, François Le Lionnais, Hervé Le Tellier et Jacques Roubaud.

  • En 1975, deux étudiants en « Carrière du livre » imprimaient des plaquettes de poésie la nuit. Quarante ans et 1 000 livres plus tard, Le Castor Astral a réuni dans cette anthologie les poètes qui les ont accompagnés depuis les origines. Des auteurs d'horizons variés, incontournables pour la maison. essentiels pour la littérature contemporaine.



    Marc ALYN - Michel BAGLIN - Marie-Claire BANCQUART - Claude BEAUSOLEIL - Zéno BIANU - Daniel BIGA - Julien BLAINE - Richard BRAUTIGAN - Sylvie BRÈS - Nicole BROSSARD - Mathieu BROSSEAU - Laure CAMBAU - Hugo CLAUS - Seyhmus DAGTEKIN - Francis DANNEMARK - Jean-Paul DAOUST - Jacques DARRAS - François DE CORNIÈRE - Patrice DELBOURG - Charles DOBZYNSKI - Jacques DONGUY - Ariane DREYFUS - Louis DUBOST - Renaud EGO - Daniel FANO - Rémi FAYE - Denis GROZDANOVITCH - Jacques IZOARD - Pierre JORIS -Alain JOUFFROY - Werner LAMBERSY - John LENNON - Hervé LE TELLIER - Karel LOGIST - Philippe MAC LEOD - Jean MALRIEU - Claire MALROUX - Yves MARTIN - Jean-Luc MAXENCE - Matthieu MESSAGIER - Gaston MIRON - François MONTMANEIX - Claude MOURTHÉ - Franc NICHÈLE - Patricia NOLAN - F.J. OSSANG - Pier Paolo PASOLINI - Claude PÉLIEU - Serge PEY - Jean-Claude PIROTTE - Jean PORTANTE - Jean-Yves REUZEAU - James SACRÉ - Nohad SALAMEH - Éric SARNER - Jean-Luc STEINMETZ - François TÉTREAU - Tomas TRANSTRÖMER - Kirmen URIBE - Miriam VAN HEE - André VELTER - Franck VENAILLE - Marc VILLARD - Ian Erik VOLD - Jacques WERUP - Luo YING - etc.

  • À la suite des ouvrages Le Livre d'où je viens (2014), Lignes de vie (2015) et Lignes de coeur (2016), Le Castor Astral réitère son partenariat avec l'Atelier Imaginaire. Dans cet opus, Guy Rouquet, accompagné par une cinquantaine d'auteurs, retrace trente ans d'aventure littéraire.

  • Cette anthologie voulue par le ministère de la Culture mexicain, réunit les vingt principaux poètes mexicains âgés de moins de 50 ans. Ici se rencontrent des poètes alliant un art ancestral au mode de vie du XXIe siècle : monde globalisé, réseaux sociaux, crise sociale, économique et identitaire... Autant de thèmes abordés dans le livre. Les auteurs n'usent pas d'un vocabulaire abstrait, ne cherchent pas à imposer des concepts.
    Cette absence de lyrisme s'accorde avec la chute des grandes idéologies, à laquelle les auteurs ont assisté. Le lecteur trouvera chez ces poètes mexicains des textes chargés de férocité, de voyages vers des temps anciens, d'univers noirs et de rires libérateurs, de visions concrètes et de désillusions prenantes.

  • L'Ouvroir de Littérature Potentielle va fêter d'ici peu son quatrième millénaire.
    Depuis sa fondation en décembre 1960, le groupe se réunit avec régularité, voire constance, chaque mois. Il accueille de nouveaux participants et se trouve aujourd'hui fort de plus de trente membres cooptés, dont certains participent moins aux réunions que d'autres, excusés qu'ils sont pour cause de décès. L'Oulipo publie depuis 1974 certaines de ses productions sous le nom de Bibliothèque Oulipienne, aussi appelé B.
    O. Ces fascicules, tirés à 150 exemplaires, numérotés, sont réservés à un cercle étroit d'amis. Au début de l'année 2000, le n° 115 a été publié. Ces textes, collectifs ou non, mais forcément courts, constituent un laboratoire joyeux où l'on peut observer certains mécanismes de la création littéraire sous contrainte. Souvent drôles, toujours inattendus, parfois énigmatiques, secrets, érudits ou savants, ils nous montrent des talents aussi divers que ceux de Queneau, Perec, Calvino, Bénabou, Fournel ou Mathews, en pleine liberté, et sortant de ces labyrinthes oulipiens qu'ils ont eux même créés.
    Les cinquante-deux premiers fascicules de la Bibliothèque Oulipienne, tous épuisés dans leur premier tirage, ont été rassemblés en trois volumes aux éditions Seghers. Le quatrième volume, aux éditions Le Castor Astral, regroupe les volumes 53 à 62 de la B. O., écrits entre 1990 et 1992. Ce dernier volume, cinquième du nom, regroupe les onze fascicules 63 à 73 de la B. O. publiés entre septembre 1993 et juin 1995.
    On y trouvera des oeuvres collectives, comme " Troll de tram ", le texte de l'Oulipo présent dans la ville de Strasbourg sur les colonnes des stations de son tramway, et aussi des textes individuels, du président Noël Arnaud, de Claude Berge, Jacques Duchateau, Jacques Jouet, Harry Mathews, Oskar Pastior ou Jacques Roubaud.

  • Georges Perec s'impose aujourd'hui de plus en plus comme un « contemporain capital », pour reprendre le mot de Malraux à propos de Gide. « Contemporain capital posthume », dans la mesure où la fortune de son oeuvre n'a cessé de croître depuis sa mort prématurée, en 1982.
    À la suite des numéros 9 (Le Cinématographe), 10 (Perec et l'art contemporain) et 11 (Filiations perecquiennes), qui avaient permis de mesurer le rapport de Perec à diverses pratiques extra-scripturales (cinéma, arts plastiques, musique) ou sa résonance dans l'art et la littérature d'aujourd'hui, le numéro 12 des Cahiers Georges Perec souhaite interroger la fécondité du travail perecquien sur l'espace et la manière dont il innerve actuellement certaines parts de ce que l'on pourrait appeler les sciences et arts de l'espace (géométrie, topologie, géographie, cartographie, architecture, urbanisme, arts de la ville, typographie.) ou y trouve écho.

  • « 18 écrivains connus pour la qualité et l'importance de leurs publications ont été conviés par l'Atelier Imaginaire à s'interroger sur la place que la poésie occupe dans leur vie. Ces auteurs, n'ayant jamais publié de poèmes pour certains, sont d'abord de grands lecteurs. Avec une sincérité et une sensibilité rares, ils racontent les circonstances qui les ont conduits à regarder l'homme et le monde d'une manière différente après avoir découvert un texte en prose ou en vers et, chemin faisant, à écrire leur premier « vrai » poème ou à élaborer leur propre oeuvre.

    Dans Lignes de vie, Alain Absire, Michel Baglin, Marie-Claire Bancquart, Claude Beausoleil, Ariane Bois, Jean Claude Bologne, Georges-Olivier Châteaureynaud, Sylvestre Clancier, Hubert Haddad, Werner Lambersy, Jean-Pierre Lemaire, Jean Métellus, Jean-Luc Moreau, Jean Orizet, Jean Portante, Amina Saïd, Joël Schmidt et Frédérick Tristan, montrent de façon éclatante que la poésie demeure une source d'inspiration et de réflexion essentielle pour les chercheurs de sens, les aventuriers de l'esprit et les assoiffés d'absolu.

    Les témoignages singuliers des écrivains réunis dans cet ouvrage ne manqueront pas de constituer un guide pratique pour bien des lecteurs ou amateurs en mal de poésie, en particulier de ceux, nombreux, dont une certaine société broie les aspirations en ce domaine à la fin de l'adolescence. » Guy Rouquet

empty