Actes Graphiques

  • Dico gaga

    Collectif

    Vous tenez entre les mains un joyau que je ne saurais trop vous recommander d'acquérir en deux exemplaires ! L'un que vous déposerez dans un endroit connu de vous seul... Les trésors de Toutengaga, un de ces bouquins qui « s'empruntent » et circulent procurant ainsi des cascades de plaisir jubilatoire.
    Que vous ayez votre diplôme de Gagalauréat, obtenu à l'Epallle théâtre bien entendu, que vous soyez d'ici, quelle que soit votre génération, ou nouvel arrivant, venu à Sainté par amour, pour le job ou par hasard, vous êtes un maillon de cette chaîne colorée, décidément indestructible.
    Les compères-auteurs ont mitonné pour vous cet astucieux ouvrage de référence, qui se lit de multiples manières : le gaga des sources pour les universitaires, chercheurs et étudiants, le flot du langage pour tous ceux qui craquent à la lecture - à haute voix bien sûr - de ces expressions désopilantes et tendres, et le Dico avec prononciation !
    Boîte à dialogues, conservatoire d'émotion, à vous les Trésors des mots et expressions gagas !
    Le parler gaga, l'ADN qui se communique à qui s'en approche, l'accent qui se pratique comme un art martial !
    De Geoffroy Guichard aux trams, des bistrots aux rues et places, des maternelles à l'université, toute l'âme de Sainté est là.
    La vôtre aussi.
    Max Rivière En bonus : 8 fables de La Fontaine traduites en gaga.
    Jacques Plaine Ancien libraire, ancien président de tout et de rien. Consacre ses loisirs à l'organisation de fêtes du livre dont celle de Saint-Etienne. Fait, pour ses anniversaires un saut périlleux arrière (remplacé depuis l'âge de soixante-cinq ans par un marathon). Ses copains disaient de lui, lorsqu'il était président de la Fédération Française des syndicats de libraires : « il y en a qui ont la peste, d'autres le choléra, nous on n'a pas de pot, on a Plaine ».

    Jeanluc Epallle Il est à lui seul une institution. Avec son équipe de l'Epallle-théâtre à la Ricamarie, il compte à son actif plus de 25 ans de création : théâtre, humour, chansons. Comédien pour des téléfilms et séries télévisées, auteur et coauteur d'une demi-douzaine d'ouvrages, il défend et illustre avec talent le gaga et porte le souvenir des générations populaires avec tendresse et fidélité.
    Spécialiste, avec ses musiciens, de chansons détournées, il n'hésite pas à convier les textes de Brel, Brassens ou Léonard Cohen entre autres à la table gaga pour des refontes mémorables !

    Olivier Glain

  • Les historiens ont souvent l'habitude de présenter la Seconde Guerre mondiale partir de grands événements (comme le Débarquement de Normandie), de sites importants (Vercors) ou de personnalités d'envergure nationale (Jean Moulin). Il s'agit dans ce livre d'observer les effets du conflit sur la population ligérienne durant les heures probablement les plus noires de son histoire. L'équipe d'historiens a voulu décrire une guerre a «hauteur d'homme ». L'enjeu était d'écrire un récit non pas des «héros » déjà connus, mais des hommes et des femmes an quotidien. A cette fin, toutes les sources écrites ou mémorielles disponibles ont été mobilisées, y compris des documents peu utilisés jusqu'alors. Le département de la Loire n'a peut-être pas connu de « haut-fait » d'intérêt national mais il possède des spécificités qui sont dues, en particulier, a la, présence d'une agglomération importance, Saint-Étienne. Les espaces ruraux tiennent aussi une grande place avec la localisation de maquis actifs. Universitaire, archiviste, enseignant d'histoire, agent mémoire ont associé leurs compétences et leurs pratiques pour rédiger, non pas une histoire de la Résistance, mais une histoire des populations de la Loire dam la guerre, avec ses joies et ses souffrances.

  • Maurice Passemard a 15 ans lorsque la guerre éclate le 3 septembre 1939. Ses parents sont commerçants, II va au Lycée, joue au football et dessine a ces heures perdues. Un adolescent comme les autres. Pourtant,de 1939 a 1945, Maurice va grandir bien plus vite que les jeunes hommes de son age. L'étudiant aux Beaux-Arts et sympathisant de la Résistance devient, en 1944, ouvrier aux usines Barrouin pour .échapper au STO. Le 26 mai 1944, lorsque Saint-Etienne est bombardée, Maurice Passemard parcourt la vile des jours durant comme pompier volontaire éteindre les incendies, porter secours aux blessés, s'occuper des sinistrés. A la libération de la vile, fin août 1944, II s'engage dans l'armée française. Maurice se bat ainsi dans les Alpes de l'hiver 1944 au printemps 1945. Ces expériences diverses qui font mûrir plus rapidement ont toutes un point commun : Maurice Passemard les a dessinées. Le soir après l'usine, au repos après avoir secouru la population bombardée ou dans une casemate d'un fort alpin, l'ancien étudiant aux Beaux-Arts sort son carnet et ses crayons pour redonner des couleurs a un pays et une population qui vivent et se battent toujours et encore. Cet ouvrage n'est pas l'histoire d'un Résistant stéphanois. C'est l'itinéraire dessiné d'un jeune Stéphanois pendant la Seconde Guerre mondiale.

  • Parcouru par un imaginaire hanté de figures a la fois surréalistes et fantasmagoriques ainsi que par la lancinante question du rapport au corps et ses métamorphoses, le travail de Kizou Dumas s'exprime dans l'automatisme des gestes techniques et les aléas de la fortune et du destin. Les 50 ans de création et de récréation réunis dans cet ouvrage nous livrent ici les facettes d'une oeuvre protéiforme et obsessionnelle. Un travail qui semble « reposer sur la croyance a une réalité supérieure de certaines formes d'associations et à la toute puissance du rêve », mais qui propose aussi en filigrane une réflexion et des sensations sur le temps et son passage cruel et nostalgique. L'expérience fondatrice et fondamentale de la gravure et de la lithographie ponctue de façon récurrente un travail qui se décline aussi sur toiles et sur panneaux, a l'huile et au pinceau, et qui se joue même parfois des volumes pour s'hybrider dans des installations et muter a travers les médias de la modernité. Dans des tonalités mêlant le grave et l'ironique, cette présentation quasi in extenso donne l'occasion d'un regard en perspective sur le travail de Kizou Dumas, qui, s'il reste difficile a estampiller, mérite la traversée.

  • De l'automne 1917 an printemps 1918, Saint-Étienne s'est trouvé an centre d'un mouvement de contestation qui remit en cause, tout a la fois, la politique gouvernementale, la conduite, des opérations militaires et la direction nationale de la CGT. Étudiant les conditions de travail, avant et pendant la guerre, des ouvrières et des ouvriers au sein de grandes entreprises (la Manufacture Française d'Armes et cycles, Leflaive) ou de branches (les laceteuses de la vallée du Gier, les métallos de la vallée de l'Ondaine, les mineurs), analysant les mouvements de grève des derniers mois du conflit et des débuts du retour de la paix, ainsi que les débats et les remous qui agitèrent les milieux syndicaux, l'ouvrage propose un tableau de cette région industrielle, de ses habitants, des difficultés qu'ils ont affrontées a l'époque de la Grande Guerre. Il éclaire des aspects de la vie quotidienne des ouvriers clans les villes de la région stéphanoise, le rôle de grands acteurs (Albert Thomas, Clovis Andrieu), l'écho qu'y rencontrèrent les débats nationaux et internationaux (la guerre on la paix, la Révolution russe). Un ouvrage qui permettra de mieux connaitre des événement qui ont arqué les mémoires locales et l'histoire du pays.

  • Saint-Etienne a été et reste en France la ville des paradoxes.
    Paradoxe d'une grande ville ouvrière dans un pays longtemps rural, paradoxe d'une ville tiraillée entre le nord et le sud sur la ligne de partage des eaux entre Méditerranée et Atlantique, paradoxe d'une ville neuve à l'américaine dans un pays plongeant ses racines dans un passé antique, paradoxe d'une ville rouge et noire, marquée à la fois par le socialisme et le catholicisme, paradoxe d'une ville vouée au travail mais où la culture a toujours tenu une place singulière, conciliant l'amour de la chanson et de l'opéra.
    Cette histoire n'est pas seulement l'histoire de celle qui a été la plus grande ville manufacturière de France mais aussi et surtout l'histoire des Stéphanois, ouvriers et entrepreneurs, artistes et sportifs, figures politiques et sociales. Cette nouvelle histoire de Saint-Etienne se distingue par l'abondance et l'originalité de l'iconographie, puisée en grande partie dans les collections du Musée du vieux Saint-Etienne, qui met en scène non seulement les lieux mais aussi les habitants, célèbres et inconnus, riches et pauvres, qui ont contribué à façonner la physionomie d'une ville à nulle autre pareille.
    L'association Histoire et Patrimoine de Saint-Etienne, qui gère le musée du vieux Saint-Etienne et publie la revue Histoire et Mémoire, a depuis ses origines, en 1930, l'ambition de faire découvrir la richesse et l'originalité du passé de notre ville.

empty