Alexis Ragougneau

  • Lors de la messe de funérailles d'un célèbre chef d'orchestre, sa fille, Ariane, pianiste de renommée internationale, entame contre toute attente une oeuvre écrite pour violon et orchestre : l'Opus 77 de Chostakovitch. Tous ceux qui comptent dans le monde de la musique classique sont réunis. Tous, sauf David Claessens, le fils, violoniste prodige en son temps et désormais reclus dans un bunker. Pendant qu'elle joue, Ariane se souvient : son enfance avec son frère dans cette famille vouée à la musique, l'exigeant apprentissage du piano pour l'une, du violon pour l'autre, leur relation complexe avec leur père, la lente destruction de leur mère, chanteuse lyrique peu à peu réduite au silence... Et surtout les pièges de la dévorante célébrité, la pression et la peur de faillir, la compétition impitoyable et les règles d'un microcosme qui ne tolère aucune déviance à ses normes.

    Ajouter au panier
    En stock

    2 Autres éditions :

  • 1945. Résistant danois, Niels Rasmussen s'apprête à recevoir les honneurs de son pays et à épouser Sarah. Il apprend que Jean-François, son ami de jeunesse, son frère français, est accusé d'intelligence avec l'ennemi et risque la peine de mort. Incrédule et décidé à le sauver, Niels débarque dans le Paris de l'épuration où la frontière entre traîtres et héros n'est pas si franche...

    2 Autres éditions :

  • À Notre-Dame de Paris, sous le soleil du 15 août, une jeune femme provocante, tout de blanc vêtue, sème le trouble dans la procession. Le lendemain, elle s'effondre en plein coeur de la cathédrale. Si la police et le parquet semblent pressés de clore une affaire qui entache le prestige de l'Église, le père Kern, suivant son intuition et sa propre piste, est prêt à remonter aux racines du mal.

    2 Autres éditions :

  • Entrailles de Paris, camps de fortune, bouches de métro fumantes. L'hiver est mortel pour les miséreux. À la veille de Noël, dix clochards se barricadent dans Notre-Dame. Mouss, leader proclamé par la presse « messie des gueux », revendique leur droit au logement et déchaîne les médias. Des mois plus tard, le corps de Mouss est repêché dans la Seine, pieds et mains percés. Une blessure sur le flanc. Qui a été son Judas ?

    Nouvelle plongée dans les bas-fonds de Paris pour le père Kern et la juge Claire Kauffmann.

    1 autre édition :

  • Kaiser ; notre père

    Alexis Ragougneau

    Kaiser conte la trajectoire américaine des frères Kaiser, fondateurs à la fin du XIXème siècle des abattoirs géants de Chicago, instaurant pour la première fois - bien avant Ford - le travail à la chaîne, transformant radicalement la manière de travailler et de se nourrir du monde occidental, faisant germer sur un même sol les deux grands phénomènes de masse qui ont marqué le vingtième siècle : consommation et génocide. Rarement un lieu aura-t-il à ce point concentré les prémices d'un siècle en gestation : le monde moderne est né au fond des abattoirs de Chicago. Kaiser raconte l'épopée de cette naissance.

    Notre Père est une fiction s'inspirant d'une histoire vraie, celle de l'une des plus puissantes congrégations de l'Eglise catholique. Considéré par beaucoup comme un véritable saint, son fondateur et dirigeant pendant plus de soixante ans était en réalité un criminel dont la culpabilité a été reconnue sur le tard par les autorités vaticanes. L'affaire décrite dans Notre Père va bien au delà du simple fait divers, repoussant à des limites exceptionnelles le contraste entre les apparences et la réalité, entre l'ombre et la lumière.

  • L'héritage

    Alexis Ragougneau

    À la mort de son père, le jeune Jean-François Canonnier reprend la direction de l'entreprise familiale, devenue en l'espace de cinq générations l'un des leaders mondiaux du verre industriel. Très vite, il découvre que les comptes ont été maquillés et que la multinationale est au bord de la faillite. Pire, ce mensonge comptable en cache un autre : le développement de la société repose sur un passé trouble, monstrueux, totalement incompatible avec le slogan des Verreries Canonnier : en toute transparence. Tandis qu'il met en oeuvre un plan social de grande ampleur, Jean-François va être amené à s'interroger sur son histoire, son identité, et sur cet héritage qui le renvoie à sa propre part d'ombre.
    Peut-on échapper à un destin écrit d'avance ? Véritable personnage de tragédie, le jeune Canonnier a été programmé depuis son enfance pour succéder à son père à la tête de l'empire industriel qui porte son nom. Les contraintes sont immenses et ne sont pas uniquement d'ordre économique ou professionnel : Jean-François est l'héritier d'un système clanique basé sur les apparences et le mensonge. Le slogan des verreries Canonnier - « en toute transparence » - masque en réalité des pratiques douteuses, tant dans la gestion de l'entreprise que dans le comportement humain et moral au sein de la famille.

    Jean-François Canonnier pourrait être un fils Michelin, Mulliez ou Lagardère. Mais il est aussi, d'une certaine manière, proche de Hamlet. Comment exister en tant que fils une fois le père définitivement figé par la mort ? Comment affronter un spectre glorieux dont on s'aperçoit sur le tard qu'il était, et ses ancêtres avant lui, de la race des salauds ? Drôle d'héritage, en vérité, que l'on peut raisonnablement hésiter à assumer.

  • En 1660, une jeune noble portugaise a, pendant son noviciat au couvent, connu une aventure amoureuse brûlante. Quand le jeune officier français l'abandonne, son coeur est brisé, sa raison est offensée. s'ensuit l'envoi de quatre lettres enflammées. elles seront interceptées avant le départ du bateau pour la France. l'action de la pièce se situe dans l'atmosphère confinée de la cellule de soeur Mariana, défaite, vidée. mais décidée à guérir. Les quatre lettres retrouvées, par la relecture et la confession, vont servir à un travail d'exorcisme conduit par un spécialiste missionné par les plus hautes autorités : le Père Gratiàn, jésuite, confesseur. la jeune portugaise, pour accéder à l'état de religieuse, devra, par un rituel d'épreuves morales et physiques se libérer non sans un certain trouble (transfert psychanalytique ?) de ses démons. la cinquième lettre, écrite sous la dictée témoignera de ce chemin ambigu de la passion, de l'ambition, de la raison, de l'abandon, de la rémission.

    L'aveu déchirant de la transgression de l'interdit, du don absolu d'amour bafoué est exalté encore davantage à mesure que la jeune novice affronte la honte, la souffrance, l'humiliation. La culpabilité, le renoncement que lui inflige le confesseur, la trahison revécue, semblent attisre sa passion. Face au confesseur qui ne manque pas d'ambiguïté (n'en retire-t-il pas un certain plaisir par procuration ?) la jeune novice retraverse l'enfer de l'amour trahi. Cela tient à la fois du rituel sacrificiel, de l'exorcisme et de la psychanalyse.
    Irène Sadowska Guillon

  • Selon Dante

    Alexis Ragougneau

    Dante a tout quitté pour suivre le Padre Fausto, mystérieux prêtre itinérant, ne connaissant d'autres moyens de déplacement que son vélo, qui déclenche l'extase de ses fidèles en faisant couler le sang de ses paumes stigmatisées. Peu à peu se dessine un projet fou : mener le Padre au Vatican pour qu'il y devienne le premier saint de l'histoire canonisé de son vivant.

    Cocasse et foisonnant, cet évangile selon Dante célèbre une littérature où l'imaginaire serait roi. Mais derrière l'odyssée picaresque de ces deux héros, version moderne de Don Quichotte et Sancho Panza, se cache une autre intrigue, celle de l'humain aux prises avec le réel, cherchant obstinément à travers la fiction une porte de sortie vers la liberté.
    />

  • L'abbaye

    Alexis Ragougneau

    Au Moyen-Âge, une abbaye en ruine hantée par quatre moines lépreux. Ensemble, ils tentent de survivre en attendant la fin, bannis par leur évêque.
    Jusqu'au jour où l'un des religieux se révèle être une religieuse. Dans son ventre a germé la graine de l'espoir. Un enfant s'annonce et la Vie va renaître parmi ces ruines.
    Cette fable burlesque et parfaitement farfelue met en scène avec beaucoup d'humour des êtres confrontés à la perte apparente de leur humanité. Ils font la cruelle expérience de l'exclusion et devront chercher en eux-mêmes ce qui les raccroche à la vie.

  • Le texte des Iles Kerguelen s'inspire de l'extraordinaire parcours d'Yves de Kerguelen, découvreur à la fin du XVIIIème siècle de l'archipel qui porte son nom. Cette première expédition lui a valu honneur et gloire et la reconnaissance de Louis XV convaincu que le navigateur avait mis la main sur le légendaire continent austral ou le Roi avait hâte d'établir une colonie.
    La deuxième expédition s'est déroulée dans des conditions épouvantables, tournant à la tragédie et provoquant la déchéance du fameux marin.
    La pièce a su rendre présente l'étouffante atmosphère au goût des larmes, du sang et de la mort.
    Bastringue nous plonge dans le Berlin des années 20 ou « Gueule d'amour », soldat français défiguré par la guerre devient une icône du cinéma d'horreur expressionniste. C'est aussi le moment de violents sentiments nationalistes parmi les officiers et sous-officiers de l'armée qui ne s'accommodent pas de la défaite et ne rêvent que de revanche. Terreau fertile propice à l'enracinement du nazisme et au déchaînement de la haine.

  • "Victor Krankenstein a quitté sa famille pour entreprendre de brillantes études de médecine. Mais chaque nuit, au fin fond de son laboratoire, il se livre à de très curieuses expériences. Quelques semaines plus tard, dans une décharge perdue, loin très loin de l'université, une bien étrange créature s'éveille au milieu des détritus.
    Krankenstein est le portrait d'une famille mue par la volonté de reproduire ses valeurs et de préserver son statut social. Les descendants se doivent de toujours être un peu plus riches, un peu plus beaux, un peu plus brillants que leurs parents. Or Victor laisse entrevoir les signes de la dégénérescence, à moins qu'il ne manifeste à sa manière le désir de s'affranchir de l'étau familial..."

empty