2021… Bicentenaire de la mort de Napoléon Bonaparte 

  • Napoléon

    Richard Holmes

    • Grund
    • 22 Avril 2021

    5 mai 2021 Bicentenaire de la mort de l'Empereur.

    Un magnifique ouvrage, qui retrace la vie et l'oeuvre du général corse, qui révolutionna la France et l'Europe entière. Il relate en détail les grandes batailles entreprises par Napoléon, de la campagne italienne de 1796 à la chute de Waterloo (1815), en passant par Wagram (1809) ou l'Espagne. Il expose également ses considérables réformes administratives, économiques et législatives et son ascension à la tête d'un Empire rétabli, tout en dévoilant le côté intime et familial de ce grand homme public. Les nombreuses reproductions et les textes concis s'accompagnent de reproductions de documents d'époque, tels que cartes militaires, correspondance, documents administratifs, rapports...souvent inédits et passionnants.

  • Il y a 200 ans, Napoléon entrait dans la légende.
    La vie et le destin hors du commun du petit caporal corse devenu empereur de France et maître de l'Europe.

    De l'étudiant assidu au stratège de génie, du coup d'État du 18 Brumaire aux fastes du sacre à Notre-Dame, de Joséphine à Marie-Louise, du « soleil d'Austerlitz » à la « morne plaine » de Waterloo, de l'exil sur l'île d'Elbe à la prison de Sainte-Hélène, ... découvrez l'itinéraire exceptionnel et les secrets de celui qui a changé l'Histoire de France.
    Un récit clair et captivant et plus de 350 illustrations pour comprendre pourquoi Napoléon n'en finit pas de fasciner et reste un véritable mythe politique et militaire.

    /> Avec plus de trente fac-similés pour redécouvrir la carrière politique, les grandes batailles, les victoires et les défaites, l'exil, la captivité, mais aussi les passions amoureuses de Napoléon : arbre généalogique des Bonaparte, diplôme de l'école militaire, première lettre à Joséphine, acte de création du Code civil, discours aux soldats après Austerlitz, plans de batailles, acte d'abdication, lettre d'adieu à son fils, testament et codicille, etc.

  • « Les hommes de génie sont des météores destinés à brûler pour éclairer leur siècle. » Napoléon Bonaparte.

    Le 18 mai 1804, le Sénat proclame Napoléon Bonaparte empereur des Français sous le nom de Napoléon Ier. Par un plébiscite, les Français acceptent ce nouveau changement et se rallient derrière ce général corse qui a su gagner leur coeur par ses actes et ses prises de parole. Son ascension et son hégémonie sur l'Europe ne connaîtront pas de limites pendant une dizaine d'années.

    Les principales étapes de la vie de cet homme d'exception sont retracées, de son enfance en Corse à sa mort à Sainte-Hélène. On apprend comment il devint un militaire de génie, et un homme d'état exceptionnel, visionnaire et d'un sens politique hors du commun. Avec lui seront posées les bases d'une société moderne. ll est en effet l'instigateur du Code civil, ou des grandes réformes de l'université. Plus qu'un instrument de conquête, la Grande Armée napoléonienne constitue avant tout l'expression la plus achevée du génie de Napoléon. Les fonctions de chaque corps d'armée, de la Garde et de la Réserve générale de cavalerie, leur évolution et leur rôle sont détaillés de manière précise. Enfin, vous partirez en campagne aux côtés de Bonaparte, et comprendrez son art subtil de la stratégie. À l'aide d'une carte détaillant les mouvements des forces en présence, vous visualiserez les secrets de chaque grande bataille. Vous relirez ainsi d'un nouvel oeil le scénario de la victoire de Rivoli en 1797 contre les Autrichiens, un chef-d'oeuvre de stratégie militaire.
    Passionnant et superbement illustré, ce grand Atlas est un ouvrage qui se révèle indispensable à tous ceux qui veulent partir à la découverte de Napoléon.

  • L'auteur de cette maxime n?est autre que Napoléon qui expliqua même que la première qualité d?un général était de savoir émouvoir son armée. Il s?y employa mieux que quiconque et fit la démonstration de son génie également en matière rhétorique. Convaincu que « les mots étaient tout », il sut galvaniser ses troupes et de l?ouverture de la campagne d?Italie aux adieux à la veille garde, il prononça certains des plus beaux discours de guerre. Bien connues dans les pays anglo-saxons, ces proclamations et allocutions militaires sont tombées, en France, dans l?oubli. Elles sont réunies pour la première fois depuis la fin du 19e siècle.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Napoléon n'est plus

    Collectif

    De la mort de Napoléon, le 5 mai 1821 à Sainte-Hélène, à son exhumation, en passant par la réalisation du masque mortuaire, l'autopsie, l'exposition du corps, l'enterrement... la succession des faits est connue à la minute près. Tout se passe comme si tous ceux qui se trouvaient à Sainte-Hélène au moment de sa mort avaient eu une conscience aiguë du fait qu'ils étaient en train de vivre un moment d'histoire. En décembre 1840, au moment du rapatriement des restes mortels de l'Empereur, le processus se répète et s'amplifie...
    Pour autant, malgré le foisonnement des Mémoires, des lettres, des croquis, des reliques et des récits, cette histoire présente des zones mal éclairées, des incertitudes, des contradictions... Fleurissent alors les hypothèses, les théories, les assertions, les controverses : de quoi au juste Napoléon est-il mort ? Est-il vraiment mort à Sainte-Hélène ? Le corps d'un autre n'aurait-il pas été substitué au sien ? L'existence même de ces hypothèses - leur persistance surtout - démontre que, dès le jour de sa mort, Napoléon ne s'appartient plus. Transfiguré, il est devenu un archétype, un élément constitutif de l'inconscient collectif.

  • « Reçois un millier de baisers ; mais ne m'en donne pas, car il brûle mon sang. » Dès les premières lettres échangées par Bonaparte et Joséphine en 1795 se devine la passion dévorante du jeune officier pour la veuve Beauharnais, égérie du Directoire.
    Les premiers temps de leur union sont heureux, et les missives de la campagne d'Italie comptent parmi les plus enflammées jamais adressées. Mais l'ambition et les liaisons successsives auront raison de cette union devenue consulaire puis impériale, avant le second mariage de Napoléon avec Marie-Louise.
    À travers ces lettres, le lecteur découvre certaines des plus belles pages de la littérature amoureuse depuis plus de deux siècles.

  • La plume et l'épée. Le maître de guerre contre le maître des mots. La relation singulière entre l'auteur des Mémoires d'Outre-Tombe et celui du Mémorial s'articule autour du fameux pamphlet de Chateaubriand De Buonaparte et des Bourbons publié en 1814, au couchant de l'Empire et dont Louis XVIII aurait affirmé qu'elle lui aurait valu une armée de 100 000 hommes. Directeur de la maison de Chateaubriand et éminent spécialiste de son oeuvre, Bernard Degout en donne l'édition critique de référence, qui faisait défaut, avec de raconter l'évolution du « sachem du romantisme » vers une admiration tardive sous l'effet des compliments prodigués par le proscrit de Sainte-Hélène et de son dégoût progressif envers une Restauration qui le marginalise à partir de son renvoi du ministère des Affaires étrangères en 1824.
    Couronnement de cet édifice : l'écriture des Mémoires d'Outre-tombe qui présentent une vision à la fois critique et héroïque du Géant qui occupe la place centrale de ce monument autobiographique. La vision de Chateaubriand, explique en substance l'historien, reflète celle de la France entière passée en une génération de la légende noire au mythe du sauveur.

  • Alors que des centaines de nos rues et avenues célèbrent ses victoires et ses maréchaux, très peu honorent sa mémoire. Quant aux rares lignes que lui consacrent les manuels scolaires, elles sont le plus souvent critiques. Napoléon Bonaparte mérite-t-il cet oubli, voire ce blâme de l'Histoire ?
    Le grand magistrat qu'est Philippe Courroye ose ouvrir son procès. Autour de six chefs d'accusation, il peint un tableau objectif et impartial de l'homme comme de sa trace dans l'Histoire. Ni nouvelle biographie ni simple récit historique, Accusé Napoléon, levez-vous ! fait revivre, au travers de nombreuses anecdotes et d'analyses documentées, ce personnage hors du commun qui dirigea quinze ans durant la France et la transforma profondément.
    Cette métamorphose fut-elle un bien ou un mal pour notre pays ? Napoléon était-il un tyran, un boucher sanguinaire qui sacrifia tout à la guerre, un empereur mégalomane, un homme sans coeur ? C'est à ces accusations qu'est consacré ce « procès » dont le verdict appartient à chacun d'entre vous... une fois ce livre refermé.

  • De tous temps adulé et haï, Napoléon Bonaparte (1769-1821) a marqué l'Histoire de l'Europe. Sa correspondance, étonnamment méconnue, révèle toutes les facettes de ce caractère extraordinaire. Dans cette sélection de lettres et de discours, l'ambition du jeune élève de l'école militaire, l'enthousiasme citoyen du général de la Révolution et la rhétorique, contagieuse, du premier empereur des Français nous font découvrir la gloire de l'homme qui bouleversa le Vieux Continent et le monde entier.
    À l'occasion du bicentenaire de la mort de Napoléon, ce petit volume met enfin à disposition du public français une sélection de ses lettres et discours, véritables chefs-d'oeuvre de rhétorique et d'ambition.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Grâce à une série étonnante de victoires (Champaubert, Montmirail, Montereau ou Craonne...), Napoléon a inscrit la campagne de France au coeur de son épopée. Même si elle s'achève par l'abdication de l'Empereur, elle est comparable aux actions d'éclat qu'il a pu conduire en Italie, en Autriche ou en Prusse. Napoléon, chef de guerre, n'a rien perdu de sa superbe. Il parvient toujours à galvaniser ses hommes et à donner l'impression à ses adversaires d'être à la tête d'une armée innombrable. Sans avoir été vaincu en une bataille décisive, l'Empereur doit cependant se résoudre à abdiquer, après la chute de Paris et la défection de ses proches. La campagne de France marque ainsi la fin de l'Empire.
    La France est lasse de dix ans de guerre et de quinze ans de pouvoir autoritaire. Le charisme de Napoléon ne suffit plus à entraîner les foules derrière lui. La population subit aussi pour la première fois les effets de la guerre, les violences qu'elle engendre, l'occupation du territoire, et aspire à la paix. Dernier épisode de l'affrontement qui a opposé les Européens à la France issue de la Révolution, la campagne de France scelle enfin le sort de l'Europe pour le siècle à venir.

  • « Bérézina ! » Ce mot aujourd'hui passé dans le langage courant illustre à lui seul combien l'expérience de la campagne de Russie est ancrée dans la mémoire nationale. Cette mémoire est, du reste, partagée par les Russes qui font de 1812 un élément fondateur de leur histoire.
    L'affrontement des deux empires, alliés depuis 1807, qui se déroule dans la démesure avant de tourner au désastre, offre une dramaturgie qui se prête au récit : phase de préparation, début de la campagne jusqu'à son apothéose lors de l'entrée dans Moscou, bientôt en flammes, puis chute, avec cette lente retraite dramatique effectuée pour l'essentiel à pied, dans le froid glacial de l'hiver russe.
    Au-delà de la narration des principaux épisodes de cette expédition, une réflexion s'impose sur le traumatisme qu'a représenté cette tragique campagne. À travers des sources nombreuses, une littérature riche, Jacques-Olivier Boudon s'attache à croiser les approches pour nous aider à comprendre le rôle majeur de cet épisode dans la construction des mémoires européennes.

  • Napoléon et la dernière campagne constitue le troisième et dernier opus de Jacques-Olivier Boudon relatif à l'épopée napoléonienne sur le front après Napoléon et la campagne de Russie, 1812 et Napoléon et la campagne de France, 1814.
    L'annonce du débarquement de Napoléon à Golfe-Juan le 1er mars 1815 retentit comme un coup de tonnerre dans une Europe pétrifiée par l'audace de l'homme qui a dominé le monde pendant quinze ans. Acclamé à son retour, Napoléon retrouve en vingt jours ses habits d'empereur et s'engage dans une série de réformes libérales qui marqueront d'un sceau nouveau l'Empire des Cent-Jours. Mais il est très vite confronté à l'opposition irréductible des puissances européennes hostiles à ce retour. Dès lors la guerre est inévitable. Napoléon repart en campagne, mais il ne parvient pas à souder autour de sa personne une nation lasse de la guerre. Ce sera sa dernière campagne, une campagne courte ponctuée par la bataille de Waterloo, toujours controversée. À partir d'archives et de mémoires du temps, l'auteur met en scène cette dernière campagne de Napoléon, à la fois héroïque et tragique.

  • Stéphane Bern et Lorànt Deutsch vous emmènent sur les pas d'un des plus grands personnages de l'histoire de France : Napoléon Bonaparte.
    200 ans après sa mort, celui qui fut Empereur des Français, est devenu une figure légendaire qui passionne toujours autant. Vous allez découvrir le destin exceptionnel de ce jeune militaire venu de Corse, parvenu au sommet grâce à son inépuisable énergie et un génie visionnaire...
    Un personnage controversé, à la fois despote et avant-gardiste, dont la chute fut aussi rapide et brutale que l'ascension irrésistible et flamboyante.
    De Paris, où il rencontra l'amour de sa vie, Joséphine, à l'île d'Aix, d'où il s'embarqua pour l'exil, nos illustres guides font revivre les lieux aujourd'hui disparus qui ont jalonné ce parcours extraordinaire...

    LAISSEZ-VOUS GUIDER SUR LES PAS DE NAPOLÉON, COMME VOUS NE L'AVEZ JAMAIS VU !

  • Plus de trente fois, il a frôlé la mort. Toujours il lui a échappé.

    Les obus et les balles de l'ennemi, le poignard des assassins, les machines infernales des comploteurs, la noyade, la chute dans les précipices, la chasse à l'homme, le poison qu'il s'est lui-même versé, les duels de sa jeunesse... À se demander ce qui l'a sauvé. À moins que la Providence s'en soit mêlée... mais l'Empereur croyait-il en Dieu ? ou à sa bonne étoile ?

    À l'évidence, Napoléon fut un chevalier sans peur. Mais combien de millions d'hommes a-t-il envoyés au trépas, sans plus de haine que de remords ? Que ressentait-il quand il arpentait le champ de bataille, entendant le cri des mourants : « Vive l'Empereur ! » Et comment expliquer qu'après avoir vainement cherché la mort à Arcis-sur-Aube, à Montereau, à Fontainebleau, à Waterloo, il n'ait pas cherché à la devancer à Sainte-Hélène ?

  • Comment faire la guerre réunit 216 maximes sur le fait militaire de Napoléon, dont les mots d'ordre sont vitesse, calcul, discipline et simplicité. Une lecture essentielle qui fait entrer dans la tête d'un des plus grands stratèges de tous les temps.
    Napoléon n'a jamais eu le temps d'écrire le traité de guerre qu'il projetait. Comment faire la guerre comble ce manque.
    « Pour Napoléon, l'art de la guerre est tout de mouvement : surprendre l'ennemi, le contourner et l'encercler, puis l'enfoncer », analyse Jean Tulard, dans une préface inédite qui vient éclairer les 216 maximes napoléoniennes rassemblées par Gérard Guégan.

  • Chef de guerre légendaire et grand réformateur de l'État, Napoléon a marqué durablement la France est ses institutions et, au-delà, toute l'histoire européenne. Empereur des Français, il donne un souffle politique nouveau au lendemain de la Révolution. C'est aussi un amoureux passionné qui forme un couple hors norme et fusionnel avec Joséphine de Beauharnais. Mais c'est la guerre, sa plus grande passion qui conduira ce fils de Corse à sa perte et à l'exil.

  • Tout au long de son ascension et de son règne, Napoléon excelle dans l'art de forger sa propre légende. Il fait évoluer son nom - le corse Buonaparte devient le général Bonaparte, Napoléon, l'Aigle - à mesure qu'il gravit les échelons du pouvoir. Il manie avec adresse le faste et la propagande pour asseoir son image.
    Deux cents ans après la disparition de l'Empereur, Xavier Mauduit confronte son analyse d'historien à une iconographie tantôt diabolisante, tantôt hagiographique. À travers de nombreux documents en couleurs, nous découvrons plusieurs Napoléon qui cohabitent et qui se croisent : celui de la propagande impériale, l'homme qui dicte ses mémoires à Sainte-Hélène, le Napoléon tyran ou encore celui fantasmé par ses admirateurs. Tous sont des figures qui diffèrent et se complètent. Ce livre passionnant retrace ainsi l'histoire d'une fascination nationale qui se construit, dénouant les doutes, les controverses, et célébrant brillamment l'art tout napoléonien d'édifier son propre mythe.

  • « Soldats, je suis content de vous ! ».
    Lorsqu'il félicite ses hommes au soir de la bataille d'Austerlitz, Napoléon est loin d'imaginer que des milliers de passionnés de l'Empire se regrouperont chaque année pour reconstituer ses principales batailles.
    De la stratégie à la tactique, de la manoeuvre au choc, de la surprise à la ruse, plongez au coeur de l'organisation de la Grande Armée et des batailles napoléoniennes. Éprouvez le dur quotidien des grognards, de leur recrutement à leur baptême du feu en passant par leur vie au bivouac, leurs distractions, leur nourriture, leurs souffrances... Marchez avec eux ou endossez leur habit mal seyant, portez ou maniez leurs armes au milieu des bruits et des fumées de la fureur des combats. Suivez pas à pas leurs campagnes et leurs batailles à travers des cartes.
    Pour éclairer la vie de ces héros de l'Empire, peintures et gravures d'époque font écho aux photographies des reconstitutions.

  • Enfant de Corse devenu général à vingt-quatre ans, Premier consul à trente et empereur à trente-cinq, Napoléon Bonaparte change le monde en à peine quinze ans et laisse un héritage indélébile, avant d'aller forger sa légende sur un îlot perdu au milieu de l'Atlantique et d'y mourir solitairement. Ce destin exceptionnel parle à chacun d'entre nous, car il nous rappelle les grandeurs et les limites de la condition humaine.
    Avec une véritable exigence de clarté et un remarquable sens du récit, Éric Anceau retrace le destin de l'Aigle impérial dans cette biographie, enrichie d'une chronologie et de nombreuses annexes.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Pour comprendre Napoléon, pour comprendre la fascination qu'il exerce sur nous deux cents ans après sa mort, il faut passer par Rome. Stendhal nous l'apprend dès les premières lignes de La Chartreuse de Parme : « après tant de siècles, César et Alexandre avaient un successeur. » Quoi ? Nous préférons regarder l'Antiquité comme un aimable decorum, offrir l'image d'Épinal d'un Napoléon costumé en Romain, alors qu'elle pourrait bien être son ADN.
    De la soif de conquête à l'apothéose finale, Napoléon Bonaparte a sculpté sa légende dorée ou noire dans le marbre antique faisant de son gouvernement un précis d'histoire romaine, des fondations de la République jusqu'aux règnes de Constantin et de Justinien, favorisant la paix religieuse, promouvant le Code civil... ou organisant un véritable culte de sa personne, fidèle aux empereurs sanguinaires dépeints par Suétone. Car de la Rome antique, Napoléon retient avant tout la leçon d'immortalité.
    Le premier empereur des Français serait-il le dernier Romain ? La réponse dans cet essai novateur qui recèle bien des surprises.

  • Moi Napoléon est le premier roman graphique consacré à l'empereur des Français. Exilé à Sainte-Hélène, Napoléon revient sur les grands épisodes de sa vie, au fil d'un vibrant monologue intérieur : de sa naissance à Ajaccio à sa chute à Waterloo, en passant par son sacre et ses grandes batailles.

    Cette confession fictive, appuyée par une solide documentation historique, est mise en scène par des illustrations qui revisitent l'iconographie impériale à travers l'univers sombre des comics américains.

  • L'ouvrage retrace l'histoire et le parcours, souvent romanesque, des maréchaux du Premier Empire. Il ne s'agit pas dans cet ouvrage de présenter successivement les 26 maréchaux, ou de privilégier les plus connus, mais de dresser un portrait collectif, vivant et complet de ces « paladins » de Napoléon. Les maréchaux illustrent la conduite de la guerre à cette époque mais aussi la transformation des élites après la Révolution. Issus d'écoles d'officiers d'Ancien Régime pour partie, parvenus jusqu'à la fonction la plus prestigieuse du monde militaire, les compagnons d'armes de Napoléon lui servent de modèle pour incarner le modèle méritocratique qu'il affirme vouloir mettre en place. Le parti pris de l'ouvrage est de construire une analyse en trois temps. La première partie est un véritable récit ; leurs parcours de vie sont retracés de façon croisée en les regroupant en cinq catégories (vieux héros, guerriers flamboyants, profiteurs ambitieux, hommes de sang-froid, maréchaux relégués, oubliés et maudits). Une seconde partie les resitue dans les moments-clés de l'histoire militaire de la période, en entrant dans le détail de leur action sur les champs de bataille d'Austerlitz, Wagram, Waterloo ou sur d'autres théâtres (opérations secondaires et gestion du « Grand Empire »). Enfin la troisième partie les replace dans leurs différentes fonctions : combattante dans une approche anthropologique, administrative, de courtisan mais aussi en éclairant les autres aspects de la vie de ces nouveaux représentants des élites (mariage et construction de lignages, constitution de domaines fonciers...). Par cette approche chronologico-thématique, histoire militaire autant qu'histoire sociopolitique, l'ouvrage éclaire toutes les facettes des nouvelles élites militaires - des paladins - de Napoléon Ier.

  • Voici un magnifique documentaire très illustré pour les 8-11 ans sur Napoléon. Grâce à ce bel ouvrage, et ses illustrations, de type bande dessinée, Napoléon... n'aura plus aucun secret ! Avec "Secrets d'Histoire junior", l'histoire devient vivante, passionnante et divertissante !

  • Sur la côte atlantique, au large de La Rochelle, l'île d'Aix occupe une position maritime stratégique. Place forte réputée imprenable sous l'Empire, c'est là qu'après la défaite de Waterloo, Napoléon trouva refuge. De l'espoir d'une possible fuite aux Amériques à sa capture par les Anglais, David Chanteranne nous raconte ici un épisode méconnu de la vie de l'Empereur : son tout dernier séjour en France, entre terre et mer.

empty